Cercle de Samsara
Il n'y a qu'un Dieu, mais Ses noms sont innombrables, et innombrables aussi les aspects sous lesquels Il peut être considéré.
Nommez - Le de n'importe quel nom et adorez - Le sous l'aspect qui vous plaira le mieux, vous êtes certain d'arriver à Lui.



 
PortailAccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 PRÉPARATION RITUELLE ET USAGE DES CAURIS

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
silence
Admin
avatar

Nombre de messages : 2201
Bonus : 4139
Date d'inscription : 18/03/2007

MessageSujet: PRÉPARATION RITUELLE ET USAGE DES CAURIS   Mer 28 Avr - 5:25

PRÉPARATION RITUELLE ET USAGE DES CAURIS


Aucun livre ne remplace le contact avec un maître, mais il peut néanmoins donner des indications élémentaires et mettre sur la voie. Il appartient ensuite à chacun, le cas échéant et suivant ses aspirations, de tenter de mettre en pratique les connaissances acquises et de rechercher d'autres voies d'accomplissement et d'approfondissement.

Comment se procurer des cauris ?

En Afrique, c'est une chose très facile : on en trouve sur tous les marchés. Ils ont en effet, comme on l'a vu, de multiples usages qui vont de la simple ornementation symbolique des vêtements aux sacrifices les plus complexes, en passant par toutes les pratiques rituelles, et notamment tous les rites de passage, puisque les cauris sont un lien entre les « vivants » et les « morts ». Ces cauris que l'on trouve sur les marchés n'ont bien entendu pas été « ouverts », ils sont bruts et non sacralisés rituellement et magiquement.

En France, on peut se procurer pour un prix très modique des cauris en vrac dans les boutiques de lités africaines. À Paris, on en trouve notamment dans certaines boutiques du quartier Barbès et du 18eme arrondissement ou du Bronx aux States.

Ces cauris bruts doivent ensuite faire l'objet d'une petite préparation rituelle, simple mais indispensable selon l'enseignement traditionnel. À l'aide d'un couteau que l'on introduit dans la fente du coquillage, il faut percer le dos d'un coup sec. On peut aussi frotter le dos du coquillage sur une surface lisse mais légèrement rugueuse, ou également employer une lime. Quoi qu'il en soit, il faut faire apparaître l'intérieur spiralé du coquillage, qui représente symboliquement l'aspect caché, secret, féminin, du cauris. L'ouverture ainsi pratiquée donne à ce côté ouvert du coquillage un aspect de matrice ou de vulve, où apparaît nettement la structure interne construite selon la spirale. Toutefois, si le voyant consulte en Europe, il lui faudra bien s'en accommoder, à condition bien sûr d'implorer le « pardon » des entités dont la « compréhension » sera ainsi sollicitée. Le devin professionnel africain, qui a reçu une longue initiation, a appris de son Djina Ba Kô comment se servir des entités pour faire de la voyance, et notamment comment dialoguer avec elles. C'est ce qui lui permet, chaque fois qu'il consulte dans des conditions qui ne sont pas celles de la consultation traditionnelle, de demander pardon aux esprits pour les violer un peu de la sorte. Naturellement, cette précaution ne vaut que pour le devin professionnel, et l'amateur, qui n'a pas recours aux esprits pour dynamiser sa voyance, puisqu'il n'a pas été initié à cela, n'a pas à s'en préoccuper.

On fait ce travail sur vingt-deux coquillages que l'on aura sélectionnés et qui auront maintenant chacun un côté « féminin » et un côté « masculin » (se reporter aux figures 2 et 3). Une fois cette opération de perçage ou de limage accomplie, il faut laver les vingt-deux cauris à l'eau claire, puis les laver une seconde fois dans du lait, et les essuyer avec un chiffon propre. Pour en terminer avec cette préparation rituelle des cauris, il reste à les déposer dans un bol de lait et à les laisser reposer toute une nuit dans les toilettes (et pas dans une autre pièce), à proximité de la cuvette des W.C. Le lendemain, il faudra de nouveau les essuyer, et les coquillages seront prêts à servir de support à des opérations divinatoires. À partir de là, ces cauris appartiendront personnellement à celui qui aura accompli ce rituel dont la signification occulte n'a pu être recueillie.

Il faut également savoir que le devin professionnel ne doit jamais déplacer les cauris sacralisés qu'il a reçus de son Djina Ba Kô. Ils ne quittent jamais le domicile du voyant qui ne consulte pas à l'extérieur. Il ne prend ses cauris sacrés que pour les apporter éventuellement chez un Djina Ba Kô pour « entretenir » leur pouvoir.

Muni de ces cauris ainsi préparés une fois pour toutes, le consultant pourra commencer à travailler. Il faut toutefois préciser que toute opération de voyance doit, normalement, se dérouler par terre, à même le sol. On ne pratique pas la divination « en étage » ni sur une table, car les entités ne « viendront » pas.

Après avoir fabriqué ses coquilles plates, par percussion ou abrasion de la partie dorsale bombée, le voyant pourra se servir de ses cauris comme d'un jeu de dés qui, une fois lancés ou jetés en l'air, retomberont sur un côté ou sur l'autre, signifiant par là un résultat particulier. Les procédés « géomantiques », on l'a signalé, sont très nombreux en Afrique et concernent pratiquement chaque ethnie. La manière de se servir des cauris est donc très variable : on peut les lancer en l'air ou les faire glisser sur le sol. Au Cameroun, en pays bamum, le devin se servira d'une calebasse ouverte faite de carrés de fils de raphia, la position des cauris sur les carrés donnant le texte de l'oracle.


Le nombre de cauris utilisés est également variable. Toujours au Cameroun, mais en pays ndiki, on utilise vingt-cinq cauris, mais les voisins des Ndikis, les Yorubas, ne se servent que de seize cauris, en relation sans doute avec les seize signes de l'oracle ffa. Toujours au Nigeria, mais dans le sud-est du pays, on se sert de dix cauris seulement dans la consultation de voyance, et les devins lobis n'en utilisent que cinq. En Côte-d'Ivoire, le voyant bupesisé se sert de vingt cauris tandis que son homologue bambara en utilisera vingt-deux, car ce nombre évoque « ce qui est nécessaire à l'homme ».

Vingt-deux est le nombre de cauris utilisés dans la plupart des ethnies du Burkina-Faso, où le devin les conserve précieusement dans une sorte de tube en peau de boeuf durcie ou dans un récipient en peau de caïman ayant vaguement la forme d'une bouteille, ou encore dans une peau d'antilope cousue. Ce nombre de vingt-deux cauris est donc celui qui a été retenu dans ce livre pour décrire une consultation type.
Comment celle-ci se déroule-t-elle ?

Le consultant vient trouver le devin et prend place devant lui, sans rituel préalable. Le devin s'empare alors de ses vingt-deux cauris, après les avoir agités et mélangés, et avoir invoqué certaines entités, le cas échéant. Il en remet quatre au consultant, et la séance commence très exactement avec la remise de ces quatre cauris, car en agissant de la sorte le devin a remis le monde au consultant. Le devin lui donne en effet le symbole du premier homme et de la première femme, de la première descendance masculine et féminine, des quatre orients et, comme on le verra plus loin, du passé et du futur. Il remet au consultant les éléments primordiaux de la Création : la vie dans sa polarité, l'espace et le temps, la matière (le cauris) et l'esprit.

Le consultant va maintenant lancer les quatre cauris. Ce faisant, il crée le monde par ce jet de cauris et il révèle comment il s'y manifeste. Il a en main, potentiellement, la totalité du monde et il va, en lançant les cauris, accomplir sa propre création et montrer comment il s'exprime dans cette création et comment il s'y comporte. Il marque la matière sacrée de son empreinte. Aucune parole n'est prononcée mais, symboliquement, tout est accompli, le passé et le futur, la part féminine et masculine de la Création. En lançant ses quatre cauris le consultant va de la même manière révéler ses handicaps, ses obstacles, ses difficultés dans ce monde.

Lancer les cauris est la première démarche pour ouvrir l'invisible et appeler les entités qui y demeurent. Par cette brèche ouverte dans le monde ordinaire, le devin chaman prétend arrêter sa course et parcourir le temps. C'est le consultant qui crée cette brèche, et le devin s'y engouffre. Le consultant n'a rien de particulier à dire ou à penser. Il n'a ni invocation ni concentration particulière à réaliser. On lui demande simplement de jeter quatre cauris et de révéler par là l'empreinte qu'il laisse dans la manifestation. En lançant les cauris, le consultant révèle sans le vouloir ce qu'il attend du monde, ce qui le préoccupe, ce qui pour lui ne va pas. Il montre comment il se comporte dans ce monde et quelles relations il peut y établir.

L'opérateur caurologue ne pose aucune question et ne dit rien, à la différence d'une consultation de voyance ordinaire C'est en observant le monde projeté par les quatre cauris de son consultant, la façon dont ils sont disposés les uns par rapport aux autres, que le devin saura pourquoi cette personne est venue le voir et ce qu'elle
attend de lui. L'opérateur doit simplement focaliser son attention sur le consultant, faute de quoi il y a un risque pour que ce soit le monde du devin qui soit jeté par l'intermédiaire de la main du client : question de rapport de forces...

Le moment où le consultant se projette dans le monde est un instant de calme et d'apaisement. 11 a le monde en main et il « sait » ce qu'il en attend, ce qu'il en demande. C'est comme s'il retrouvait le moment où il a décidé de naître.

Une fois que le consultant aura lancé les quatre cauris, le devin prendra bien soin de ne pas y toucher jusqu'à la dernière phase de la consultation, où l'ensemble des mondes est de nouveau mélangé. Avec le lancer des quatre premiers cauris commence le travail effectif d'interprétation, dont on verra qu'il sera élargi à l'ensemble des vingt-deux cauris dans une phase ultérieure de la consultation. Mais les principes interprétatifs ne varient pas, et on en donnera dans le chapitre suivant les grandes lignes. Il faut préciser d'emblée que les informations qui vont suivre sont élémentaires et permettent de s'initier à la technique de divination par les cauris, mais en aucun cas il ne s'agit d'une démarche exhaustive. Seuls quelques principes interprétatifs de base ont été révélés, les chamans consultés n'ayant pas voulu, dans un premier temps, en dire davantage. Le matériau livré au lecteur a été jugé suffisant pour qu'il puisse commencer à s'exercer et à s'imprégner d'une technique et d'un langage dont la maîtrise ne pourra être que longue et progressive. D'autres clés suivront peut-être.

La démarche retenue pour déchiffrer les grands principes d'interprétation des cauris est assez simple. On commencera par ce que les devins africains appellent les « piliers de la voyance africaine », qui donnent quelques jalons symboliques incontournables, comme par exemple
l'indication du passé ou du futur. Ces « piliers » sont les symboles de base du langage des cauris, intangibles et valables quelle que soit la région ou l'ethnie considérée. C'est le noyau dur autour duquel toute l'interpiétation symbolique s' articule.

Seul un Djina Ba Kô peut donner l'intégralité des « piliers de la voyance », mais il s'agit d'une connaissance secrète dont la révélation est tabou. Seuls seront donc dévoilés les repères fondamentaux sans lesquels il n'est pas possible d'espérer déchiffrer un tant soit peu les signes donnés par les cauris.

On donnera ensuite quelques principes interprétatifs dans trois domaines simples, volontairement choisis dans le monde courant de la vie quotidienne. Dans une technique aussi complexe que celle des cauris, il est en effet indispensable d'utiliser la méthode éprouvée consistant à aller du plus simple au plus compliqué. On abordera donc dans un premier temps l'interprétation de quelques figures symboliques liées au monde des relations affectives, puis seront ensuite étudiés quelques symboles relatifs aux relations sociales et au monde du travail, pour terminer par quelques aperçus sur la santé, la maladie et la mort.

(Source "La magie africaine - Les cauris: Paroles des Dieux, par J.Y Lefevre)
Revenir en haut Aller en bas
Léia

avatar

Nombre de messages : 3
Age : 34
Bonus : 5
Date d'inscription : 22/08/2012

MessageSujet: Re: PRÉPARATION RITUELLE ET USAGE DES CAURIS   Mer 22 Aoû - 11:59

Bonjour

Merci pour cet article sur les cauris.
L'un de vous possède-t-il le livre cité en référence en fin de page =>"La magie africaine - Les cauris: Paroles des Dieux", par J.Y Lefevre ?

sunny
Revenir en haut Aller en bas
silence
Admin
avatar

Nombre de messages : 2201
Bonus : 4139
Date d'inscription : 18/03/2007

MessageSujet: Des ouvrages sur la magje des Cauries   Mer 22 Aoû - 14:03

Bonjour Léia, cet ouvrage n'est plus disponible dans les rayons des magasins ésotérique mais vous pouvez en voir et en obtenir quelques exemplaires dans ce lien-ci :
http://esoterique-samsara.prestabox.com/product.php?id_product=387
Cordialement !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: PRÉPARATION RITUELLE ET USAGE DES CAURIS   

Revenir en haut Aller en bas
 

PRÉPARATION RITUELLE ET USAGE DES CAURIS

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Préparation rituel de Litha 2010
» Du mauvais usage des statistiques par Nadine Morano
» Cherche bonne grammaire pour usage personnel
» La préparation du mort
» Préparation cles2
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cercle de Samsara :: Chamanisme :: Spiritualité africaine-
Sauter vers:  
Le Cercle de Samsara vous apporte des satisfactions,faites un don!
Le Cercle de Samsara vous apporte des satisfactions,faites un don!
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit