Cercle de Samsara
Il n'y a qu'un Dieu, mais Ses noms sont innombrables, et innombrables aussi les aspects sous lesquels Il peut être considéré.
Nommez - Le de n'importe quel nom et adorez - Le sous l'aspect qui vous plaira le mieux, vous êtes certain d'arriver à Lui.



 
PortailAccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 L'Alcoolisme

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
silence
Admin
avatar

Nombre de messages : 2223
Bonus : 4203
Date d'inscription : 18/03/2007

MessageSujet: L'Alcoolisme   Dim 14 Mar - 8:06


L'ALCOOLISME

L'alcoolisme est une fluctuation d'énergie en rapport avec la notion de temps ; celui qui boit ne supporte pas le moment présent et c'est d'ailleurs pour cette raison qu'il boit. Il fuit la réalité, qui lui paraît douloureuse et insupportable, aussi compte-t-il sur les effets de l'alcool pour alléger celle-ci. Par suite, la dimension présente prend des formes différentes ; tout bouge autour de l'individu, lui communiquant tout malaise permanent, qu'il a du mal à surmonter. Pour y parvenk, il boit de plus en plus. Et le cycle d'une énergie infernale se projette sur lui.

L'alcoolisme est donc une énergie binaire, fonctionnant par alternance entre l'envie et la répulsion de boire. Le fait de boire aspire cette énergie, qui exerce l'action d'un aimant pour attirer à soi ce que nous n'avons pas ou ce que nous ne voudrions pas avoir. Le liquide ingurgité calme momentanément le bouillonnement intérieur. S'il y a manque, intervient de suite la colère, la violence et le désespoir, rongeant à petit feu l'individu atteint puisque l'alcoolisme est une maladie banalisant les problèmes psychologiques, les traumatismes, les douleurs et les blessures d'âme.

Le liquide absorbé épouse la forme de son récipient : le corps. Sur le plan de l'énergie, cela traduit le désir de neutraliser les inconscients de la vie. C'est du fait qu'il n'a pas assez de force par lui-même qu'il fait appel à l'alcool pour venir à son secours mais aucune alliance ne peut s'établir. Au fil des jours, le liquide ne fait que ranimer en lui de nouveaux conflits comme par exemple la nécessité, après coup et s'il trouve de l'aide, de se désintoxiquer. Mais il est plus difficile d'arrêter que de commencer. Prise en trop grande quantité, la boisson entre en interaction avec les liquides du corps de l'individu. Si celui-ci arrive à amoindrir l'envie de boire, en plaçant cela sur le plan de l'habitude et donc en le faisant régulièrement, ses énergies physiques, psychiques et émotionnelles se tendent pour entrer en frottement, en opposition les unes avec les autres. Elles finissent par se combattre, apportant désordre et confusion, ceci engendrant des humeurs difficiles. Cette personne devient alors incontrôlable et va même jusqu'à battre son entourage et les autres, voulant à tout prix amener autrui au bout de lui-même, pour se soulager elle-même de son enfer, ayant de plus en plus besoin d'une victime pour survivre, à laquelle elle vole, au travers de reproches, de colères et de disputes, certaines énergies subtiles, qu'elle ne produit plus. Cette énergie tend à anéantir l'individu par l'accident ou le suicide.

Et ainsi part la vie, gaspillée, humiliée, s'échappant dans un nuage de fumée, qui s'évapore telle une fumée de cigarette, qui d'ailleurs détruit tout autant que l'alcool si elle est consommée dans des proportions importantes.

Mais au fait, à quoi sert le tabac ?
Son usage est-il différent de ce qu'il était dans le passé ?

Article sur le tabac selon la vision spirituelle :
http://www.cercle-de-samsara.com/les-niveaux-energiques-cliquez-ici-f6/le-tabac-t895.htm

(extrait: "Une autre vision de la voyance" par le médium Claude Déplace)
Revenir en haut Aller en bas
silence
Admin
avatar

Nombre de messages : 2223
Bonus : 4203
Date d'inscription : 18/03/2007

MessageSujet: L'ivrognerie selon Maitre Philippe   Dim 14 Mar - 9:17



L'ivrognerie selon Maitre Philippe


L'ivresse est une gourmandise.
Les personnes qui se livrent à la boisson, aux alcools, commettent un homicide.
Ces personnes seront punies comme telles.
Dieu nous a donné un corps, nous devons en avoir soin et ne pas le détériorer par notre gourmandise ou tout autre défaut. (20-7-1903)

L'ivrogne qui ne se corrige pas de lui-même et qui descend peu à peu l'échelle sociale jusqu'au degré de la brute croit, en cet état, que le monde lui appartient, qu'il est en droit de tout faire.
Souvent il frappe sa femme et ses enfants s'ils lui font des reproches. Croyez bien, et c'est pour ce défaut comme pour les autres, que si cet ivrogne ne fait pas des efforts pour se corriger, il viendra un moment où Dieu y mettra ordre. (27-11-1894)

Plus d'informations sur le Maitre Philippe de Lyon - cliquer sur sa photo !




(source: "Vie et Paroles" du Maitre Philippe par Alfred Haehl)
Revenir en haut Aller en bas
dubuisson

avatar

Nombre de messages : 811
Age : 68
Bonus : 1003
Date d'inscription : 09/11/2010

MessageSujet: re: l'alcoolisme   Mer 15 Juin - 9:59


Bonjour à toutes et à tous

Je voudrais parler de cette fâcheuse tendance qu’ont actuellement nos jeunes de boire plus que de raison, c’est bien le mot.

Je travaillais dans un site classé remarquable, une roseraie. Cet endroit est l’un des plus beaux de notre région. La roseraie se situe sur un promontoire, dans un ancien évêché. Etabli en terrasse, ce lieu domine la Loire, ce fleuve majestueux. Les matins d’hiver voyaient ce fleuve royal se teinter de roses et d’orangés. Au printemps et en été, le parfum des roses emplissait tout l’espace. Ce promontoire domine la ville ancienne, et la vue porte à plus de vingt kilomètres alentour. J’étais responsable durant deux ans de l’entretien de ce site magnifique. Ayant cultivé des rosiers, en amateur, pendant plus de vingt cinq ans , je connaissais par cœur plus de la moitié des plantes présentées sur ce site. Nous étions deux à entretenir cet endroit. Nous cultivions aussi un jardin de plantes aromatiques, destiné à développer le sens olfactif des enfants qui venaient le visiter lors de programmes scolaires. Tout n’était que calme et beauté dans ce lieu. Ce site est un poème vivant que chacun peu lire s’il possède un peu de sensibilité.
Mais, car il y a un MAIS, ce jardin remarquable est très proche d’une université, et de lycées, c’est là le but de mon message. Certains mois, dès les beaux jours, notamment à l’approche du bac, des jeunes venaient s’adonner à la boisson. Quand je dis boisson ce n’est pas une bière et puis c’est tout, non, C’étaient des litres…

J’ai vu, dès neuf heures du matin, des ados de quatorze ou quinze ans boire du vin rosé et du porto à la bouteille. Des jeunes boire de la bière sans discontinuer, assis en cercle sur les pelouses, du matin dix heures à la fermeture du parc le soir vers dix neuf heures. Bière à laquelle s’ajoutaient porto, vin rosé et vodka.
J’ai vu une gamine de quatorze ans ivre ne tenant plus sur ses jambes, un après-midi. Elle s’approchait dangereusement d’une balustrade surplombant une terrasse et commençait à l’escalader. Mon collègue, gardien de ce site, dû intervenir. Il appelait fréquemment la police municipale afin d’avoir un peu d’aide. Ces gens ne nous étaient d’aucun secours, à peine plus âgés que les jeunes qui buvaient. Ce jour là, ils se sont contentés de vérifier l’identité de cette jeune ado, puis l’on laissée partir dans l’état où elle se trouvait.
Cette gamine est partie ; elle ne voyait plus claire, était incapable de se diriger. Elle aurait pu se faire renverser par une voiture, étant sortie du parc, se faire voler ou même violenté, c’était une proie facile. Je ne sais pas comment elle a pu rentrer chez elle, et je pensais à ma petite fille, à peine plus jeune.

Certains jours il y avait plus de deux cents ados ainsi affalés sur les pelouses et dans les jardins. Certains vomissaient, d’autres les yeux vitreux, se roulaient dans les parterres de plantes que nous entretenions avec tant de plaisir. D’autres urinaient dans les antiques escaliers de pierre desservant les terrasses. Les détritus jonchaient le sol. Nous ramassions journellement entre cent cinquante et deux cent litres de déchets. Notre record a été quatre cent litres.

J’ai dû arrêter de travailler huit mois avant la date officielle de mon départ en retraite. Je ne supportais plus cette situation. Il y avait trop d’écart entre l’idée que je me faisais de ce site magnifique et la crasse qui y règne. J’avais de nombreux et forts vertiges qui me déséquilibraient complètement. Parfois l’une de mes jambes se dérodait sous moi sans avertissement ; et je ne pouvais plus conduire ayant perdu totalement la notion des dimensions de ma voiture.


Que se passe-t-il dans la tête de nos jeunes ? Pourquoi boivent-ils ainsi ? L’alcool est une drogue, un fléau.
Certes en France le vin a toujours été consommer naturellement, c’est une institution, mais quand même !
Autrefois, par exemple dans le secteur du bâtiment, là où j’ai commencé mon apprentissage, j’ai connu des gens qui buvaient beaucoup. Je me souviens d’un jeune maçon de quatorze ans qui buvait du vin rouge à longueur de journée, pour ne plus sentir la fatigue . Il est vrai que ce garçon soulevait des sacs de ciment qui ne pesaient seulement que quatre ou cinq kilos de moins que lui. Il est vrai aussi que fournir la bétonnière cinq ou six heures durant, pendant une journée de dix heures voire dix heures et demie n’est pas de tout repos pour un jeune de cet âge. De plus, la tradition oblige : » Si tu bois pas , tu seras pas un bon maçon ! » Entendait-il fréquemment. Mais au moins si l’alcool n’était pas une excuse, il y avait quand même une raison, celle d’utiliser le vin comme anesthésiant à la fatigue.
Ceci est un exemple et ce jeune a dû finir alcoolique.

Mais nos jeunes, maintenant, quelle raison ont-ils ? De quelle souffrance sont-ils atteints ? Pourquoi saborder ainsi leur beauté morale, leur beauté physique aussi, car l’alcool laissera des traces. Leur mal être est-il à ce point important ? Si tel est le cas, il y a un énorme problème chez nous actuellement, et ce n’est pas seulement l’alcool…

sympathie sunny
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: l'alcoolisme   Mer 15 Juin - 11:05

Bonjour Dubuisson.

Votre commentaire m'interpèle, et le débat peut-être long. Vous avez très bien défini les ravages de la prise d'alcool. il y a ceux, celles pour moi qui ne pourraient créer sans prise d'alcool ou de drogue. Avant c'était l'absinthe et les merveilles qu'ont créeés les impressionnistes. Je ne sais si sans cette alcool ils auraient pu peindre.

Mais aujourd'hui, effectivement l'heure est grave. Entre l'alcool et les différentes drogues, ces jeunes, je pense, mais c'est mon avis personnel n'ont aucun but, aucune motivation. Je ne les excuse pas bien sûr, mais ils sont tellement livrés à eux mêmes qu'ils n'ont plus de bon sens, le drame c'est qu'ils peuvent conduire vers des accidents mortels, mais en auront-ils conscience.

Je ne pense pas que cela soit un phénomène de mode. Avant et peut-être encore aujourd'hui, il y avait l'alcoolisme mondain (vernissage à partir de 17h) mais, c'était au bon wisky ou au bon champagne.

Maintenant, c'est gin, vodka, bière, vin de piètre qualité car pas cher. Ce que je me pose comme question : "où trouivent-ils l'argent", donc je pense bien sûr aux parents ou aux copains (ines) ayant de l'argent de poche. Cla commence à une bière et finit en fin de soirée à être écroulés.

Les dégâts que procure l'alcool peut être meurtrier pour ceux, celles qui consomment et "ravage les neuronnes).

J'habite près d'un foyer où un Aldy s'est monté. La première clientèle dès le matin est les gens du foyer., avec leur sacs remplis de bière à bon marché. Pourquoi en sont-ils arrivés là.? Il y eu une période où les pompiers arrivaient jusqu'à trois fois dans la journée puis le gars sortait de l'hôpital cinq heures après pour retourner au super marché.

C'est vrai que vous avez raison d'écrire que c'est presqu'un crime, et que leur karma sera certainement très dur. Mais, moi je pense aussi à ce qui a pu les conduire là où ils en sont actuellement, et ils sont jeunes croyez moi. ils recevoient d'après ce que je sais des aides de l'état, ne payent ni loyer, ni gaz, ni électricité, on leur offre aussi internet, ne payent pas de charges ni d'impôts, ont la cmu.

Mais tout ceci mis à part, pourquoi ne font-ils pas d'efforts? Parceque l'on leur donne tout, et l'alcool pour eux, elles est leur argent de poche, et encore souvent lorsque je sors, certains me demandent une pièce. Maintenant, je refuse. on ne peut les raisonner, on ne peut rien faire.

Ils ne veulent pas ce remettre en cause, c'est toujours la faute des autres ou de la société qui les aide.

Je dirai pour conclure que le karma est individuel et sera pris au jugement dernier. Si leur cause est réelle,
il y aura certainement allègement, si la cause est tricherie, le jugement sera autre.

Je suis triste pour reux, elles.

Pour ma part, le vin doit rester festif, et là pour ma part ne devient pas un pêché.

Bien à vous.

Sourire
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'Alcoolisme   

Revenir en haut Aller en bas
 

L'Alcoolisme

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Au moins 10000 victimes d'«alcoolisme passif»
» Mesure de prévention contre l'alcoolisme
» L' ALCOOLISME
» L'alcoolisme
» Alcoolisme en cuisine...
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cercle de Samsara :: Médecine & Spiritualité :: Médecine & Spiritualité-
Sauter vers:  
Le Cercle de Samsara vous apporte des satisfactions,faites un don!
Le Cercle de Samsara vous apporte des satisfactions,faites un don!
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit