Cercle de Samsara
Il n'y a qu'un Dieu, mais Ses noms sont innombrables, et innombrables aussi les aspects sous lesquels Il peut être considéré.
Nommez - Le de n'importe quel nom et adorez - Le sous l'aspect qui vous plaira le mieux, vous êtes certain d'arriver à Lui.



 
PortailAccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 prière pour Pascale

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
ghis12

avatar

Nombre de messages : 34
Age : 61
Bonus : 27
Date d'inscription : 07/04/2007

MessageSujet: prière pour Pascale   Mer 7 Mai - 16:20

que Dieu bénisse mon amie Pascale partie trop tôt dans la douleur à l'àge de 41 ans, laissant une famille....qui n'avait pas fini de grandir.

merci de penser à elle et à mon fils Frank qu'elle ne connaissait pas

ghis12 Sad Sad
Revenir en haut Aller en bas
jelt

avatar

Nombre de messages : 1300
Age : 55
Bonus : 1353
Date d'inscription : 18/03/2007

MessageSujet: Ecoute et Prière ...   Mer 7 Mai - 21:43


Chère Ghis12,

Vous le savez bien sûr, que ce départ en « urgence » faisait parti des choix personnel de Pascale, avec les douleurs que cela engendre.
Ce que nous trouvons dommage, bâclé, trop rapide, sans formes de compréhension n’était que sa propre volonté, son propre cheminement spirituel avec le temps qui lui était imparti dans cette existence terrestre, choix qu’elle avait elle-même choisi avant sa réincarnation en tant qu’être Pascale.

Certaines pensées informe que l’Âme lors de sa venue sur terre choisie plusieurs façons de repartir dans d’autres Plans, dans l’Au delà.
Ces « Portes », où « Issues de sortie », représentent les moyens et les possibilités dans le temps pour cette Âme de clôturer son enseignement sur Terre.
Parfois, il s’avère, que des « Portes de sortie » sont présenter à plusieurs reprisent a l’Âme qui peut bien sûr les refuser … comme les accepter, lorsque son « crédit de Porte » est suffisant.

La douleur que l’on peut ressentir face à cet élément de Départ, n’est qu’une forme très brutale et directe d’anxiété.
Ce sentiment d’anxiété est une forme courante de crainte qui peut être irraisonné en face de l’absolue, du néant, du vide que laisse un proche. Ce curieux sentiment nous ralentis dans le rythme journalier par sa précision et son tranchant dans le temps matériel. Le ressenti est focalisé par la faculté d’Attention de l’esprit qui en cet instant, dans l’événement, nous rappel sans cesse le besoin crucial de développer la connaissance de l’Attention spirituel afin que l’Âme puisse aidé à l’évolution et la préparation de ce départ qui est appelé décès.

Ce sont les enseignements très médiatisés du Livre des Morts Tibétain, du Livre des Morts Egyptien, du Coran, comme de la Bible.
Nous retrouvons l’expression des enseignements dans chaque écriture concernant à la préparation de la Mort.
Il y a de tout temps, de toutes époques, des charges ayant l’impression d’abondons, des responsabilités en suspens, des rêves d’existence non finalisés. Rien de cela ne remet en question le Départ de l’Âme. L’Âme n’abondonne pas les liens qu’elle à tissé sur terre durant son incarnation, au contraire, dans l’Au-delà tout en suivant son propre cheminement, elle se fera une joie et un devoir de répondre aux appels de sa famille terrestre.
C’est la continuité de l’égrégore de toutes les Âmes qui se sont connues, aimées, côtoyées et choyées.

Avec douceur et amour universel, tous les membres du Cercle de Samsara, ainsi que moi-même nous nous joignons à votre prière.

… Elle est exaucée.

Affection. Jelt. sunny
Revenir en haut Aller en bas
Divine

avatar

Nombre de messages : 77
Age : 57
Bonus : 4
Date d'inscription : 19/03/2008

MessageSujet: Re: prière pour Pascale   Jeu 8 Mai - 4:28

De tout coeur et en lumière avec votre amie ghis12, afin que son âme poursuive son cheminement lumineux vers le pardon et la paix.

Bises XX
Revenir en haut Aller en bas
ghis12

avatar

Nombre de messages : 34
Age : 61
Bonus : 27
Date d'inscription : 07/04/2007

MessageSujet: Lettre à mon fils FRANK   Jeu 8 Mai - 5:15

A mon fils chéri….., frère, neveu, cousin, papa !! Comme l’oisillon tombé du nid, la vie ne t’as pas fait de cadeau, que de chemins parcourus dans la douleur et la souffrance…..je me souviens de quelques fous rire tous les 2…..juste toi et moi.
Au fond de mon cœur, je sais….que nous parlions le même langage, malgré les apparences.

Tout au long de ta vie, tu as cherché….la reconnaissance d’un père,…..tes racines, celles qui façonnent un homme….mon fils.

Aujourd’hui tu nous quitte brutalement pour un repos bien mérité, mais sache que tu resteras dans nos cœurs et nos pensées pour l’éternité.

La poésie de la vie aide parfois….. Je vous cite un témoignage :

Le jour où mon fils est mort, j'ai écrit dans mon journal: «Un très grand malheur s'est produit dans ma vie. » J'ai souffert pendant longtemps.

Mais un jour, tandis que je dormais, j'ai rêvé de mon fils. Je me voyais assis en train de lui parler, et c'était merveilleux. Il avait l'air jeune et beau avec sa peau colorée.

Quand je me suis réveillée, j'ai eu la sensation très forte que je n'avais jamais perdu mon fils. J'ai compris alors que l'idée de perdre son fils n'était qu'une idée…..

Éclairée par la lune, je me suis mis à marcher lentement à travers la campagne et j'ai remarqué que mon fils était toujours en moi. Il était le clair de lune me caressant comme il l'avait fait souvent, tendrement, doucement...

C'était merveilleux! Chaque fois que mes pieds touchaient la terre, je savais que mon fils était là avec moi, je savais que ce corps n'était pas uniquement moi mais qu'il était aussi une continuité de ma mère et mon père, des parents et grands-parents.

Dès lors, l'idée que j'avais perdu mon fils a cessé d'exister. Il me suffit de regarder la paume de ma main, de sentir la brise sur mon visage ou la terre sous mes pieds pour me souvenir que mon fils est toujours en moi et que je peux le contacter à tout moment

ghislaine
Revenir en haut Aller en bas
jelt

avatar

Nombre de messages : 1300
Age : 55
Bonus : 1353
Date d'inscription : 18/03/2007

MessageSujet: Re: prière pour Pascale   Jeu 8 Mai - 10:54

Les esprits disposent de plusieurs moyens de communication et faire connaître leurs présences aux humains. Observez autour de vous les changements de place d’objets les plus anodins, les déplacements d’air où de température … ce sont de subtil et de touchant indice de l’affection de l’esprit auquel vous êtes rattaché !

Ce sont de merveilleuses pensées que vous souffle votre Âme Ghislaine … soyez attentive, vous allez certainement sentir un doux parfum !

Affection, Jelt. sunny
Revenir en haut Aller en bas
ghis12

avatar

Nombre de messages : 34
Age : 61
Bonus : 27
Date d'inscription : 07/04/2007

MessageSujet: Re: prière pour Pascale   Jeu 8 Mai - 11:05

Bonjour Jelt,


merci jelt, merci de ta bonté, ta générosité qui me touche vraiment. Il me tarde de me rapprocher d'eux ! J' en éprouve un tel besoin....cela devient vicéral.

Affectueuses pensées. flower
Ghislaine
Revenir en haut Aller en bas
jelt

avatar

Nombre de messages : 1300
Age : 55
Bonus : 1353
Date d'inscription : 18/03/2007

MessageSujet: Le karma   Jeu 15 Mai - 18:58

La mort sur ce plan terrestre ne brise pas les chaînes qui sont à nos pieds.
La mort ne délivre pas.
Celui qui se suicide pour mettre fin à ces souffrances, à ses malheurs se trompe, car il lui faudra revenir expier sa faute et remplacer le temps abrégé.
Il ne faut pas lui jeter la pierre, car on ne connait pas quelle était sa souffrance.
Bien des suicides ne sont que le chatiment fatal dans ce Plan d'êtres qui ont commis de très vilaines actions comme des assasinat et à qui il est donné de payer ainsi leur dette.

... ghislaine, Franck est en de bonnes mains et il avance sur un autre Plan plus évolué, son détachement astral et en cours, je vous suggère de prier, prier, prier pour lui, encore, encore ...

Affection, Jelt. sunny
PS: je vous propose aimablement de faire appel à la miséricorde Divine par la création d'Esprit le plus évolué qui aura une écoute attentive et attendrissante, Marie...
Revenir en haut Aller en bas
silence
Admin
avatar

Nombre de messages : 2201
Bonus : 4139
Date d'inscription : 18/03/2007

MessageSujet: Comment se faire entendre de Dieu, être entendu   Ven 16 Mai - 7:33


Comment se faire entendre de Dieu, être entendu,


On emplirait des bibliothèques à rassembler tout ce qui a été écrit sur la prière. Tous ces conseils sont utiles, et chaque suppliant présente sa requête comme il le peut. Je me bornerai ici aux indications indispensables.

Prier n'exige, en somme, qu'une seule condition, mais essentielle : c'est que notre voix monte jusqu'à Dieu. Je ne parle pas par métaphore ; vous entendez bien qu'il s'agit de tout autre chose que de méditation, ou d'auto-suggestion, ou de concentration volontaire. La prière est un cri d'appel et rien d'autre. Le tout, c'est de se faire entendre.

Or, de tous les êtres, c'est Dieu qui nous est le plus proche, parce qu'Il est au centre de nous-mêmes. Mais nous pouvons être, et nous sommes trop souvent loin de Lui.

Pour nous faire entendre, notre cœur doit parler la langue du Ciel, et ce langage, c'est la charité ; notre personne doit prendre conscience de son néant, et dans ce vide intérieur l'infini se précipite à flots. Ainsi, croire ne suffit pas ; croire en Dieu et ne pas Lui obéir, voilà comment font trop de chrétiens. Je préfère ceux qui prétendent ne pas croire et qui obéissent à la loi divine.

La prière sans la charité préalable ne peut rien ; tandis que la charité sans la foi émeut tout de même le Ciel. Souvenez-vous des admirables histoires de l'Enfant prodigue et du bon Samaritain. Ce n'est pas la foi qui engendre la charité, c'est la charité qui engendre la foi ; la foi n'est pas une opinion du cerveau, c'est une conviction du cœur. Avoir foi en quelqu'un, ce n'est pas croire que cette personne existe ; c'est avoir confiance en elle, et lui vouer toute fidélité.

La foi signifie amour de Dieu, comme la charité, amour des créatures. Ces deux flammes grandissent l'une par l'autre, et s'alimentent mutuellement. Vivre, c'est sortir de soi. Par la charité vous sortez hors de vous-mêmes, vers le monde en détresse ; par la prière vous sortez en dedans de vous-mêmes, vers le Père très bon qui aime vos efforts.

Ensuite il faut être humble. Dieu n'écoute pas les orgueilleux, ceux qui se croient forts ou savants ou adroits. Personne ne peut se croire tel, s'il n'a jamais jeté un seul coup d'œil sur l'énormité des puissances qui nous écrasent et sur l'immensité des inconnus qui nous entourent.

Cela, c'est le niveau raisonnable de l'humilité, c'est le plus simple. Il faut encore ne pas se croire meilleur ou plus intelligent que ses camarades ; c'est déjà plus difficile et nécessite une certaine connaissance de soi-même, avec pas mal d'expériences désagréables, car ceux-là seuls sont indulgents qui ont souffert.

Rares sont les disciples qui descendent à cette espèce d'humilité, par laquelle on s'estime le dernier des hommes, le moins bon, le moins intelligent, le moins digne d'intérêt, par laquelle on entraperçoit que " nous n'avons rien que nous ne l'ayons reçu ", comme le dit l'Apôtre. Par laquelle aussi on trouve justes les calomnies, les injures, les attaques les plus injustes ; on les reçoit avec joie et, loin de les fuir, on va au-devant d'elles.

Ceci dépasse l'opinion commune ; cet abaissement est difficile d'une difficulté surhumaine ; on ne peut pas descendre tout seul le long de ces pentes à pic ; il y faut le bras d'un ange ou le pourchas d'un démon ; au reste, ange et démon n'arrivent jamais l'un sans l'autre. Soyez donc sans crainte.

Quand on a goûté la liqueur douce-amère de l'humiliation, un tel changement s'opère dans les principes de notre être que nous en venons à aimer le persécuteur, à le remercier, à demander aux bénédictions du Ciel de descendre sur sa tête ; nous savons avec certitude qu'il nous est bienfaisant.

Bien que tout ceci puisse paraître manquer de mesure, souvenons-nous combien nous sommes incapables et infirmes. Notre orgueil, en vérité, est illogique ; cette force selon le moi, est de la faiblesse selon l'Esprit. Le dernier mot de notre superbe libre arbitre, c'est le mot de la Vierge : " Qu'il me soit fait selon Votre volonté ". Et, dès que cet abandon est consenti, quelque chose d'inconnu, d'obscur et de très fort se lève en nous. Cette énergie mystérieuse, c'est la foi.

Tout au moins sa chrysalide ; la confiance en Dieu est nécessaire quand on prie.

La foi emporte la prière jusqu'à Dieu. Si vous saviez ce que c'est que la foi, plus rien ne vous paraîtrait difficile. Quand Jésus affirme que la foi peut déplacer les montagnes, Il ne parle pas par métaphore, Il énonce un fait physique. Quand Philippe de Néri, je crois, ordonne à un maçon qui tombe d'une tour de s'arrêter et que cet homme reste suspendu à mi-chemin ; quand le curé d'Ars envoie la directrice de son orphelinat visiter le grenier vide, et qu'elle le trouve rempli de sacs de blé, ces saints possédaient de la foi " gros comme un grain de chènevis ". Ils n'avaient pas appelé d'esprits, ni prononcé de mantrams ; ils avaient demandé au Père et le Père avait envoyé des anges.

Ainsi la foi est bien en nous une force divine, surnaturelle, qui crée là où il n'y a rien et qui trouve là où il n'y a rien de créé. Cette magnifique et complète définition est de Jacob Bœhme, le savetier. Comment celui qui n'est pas sûr que Dieu lui accordera veut-il recevoir ? Est-ce que l'irrésolution, la timidité, la crainte, le scepticisme n'empêchent pas tous les jours des milliers d'hommes de réussir dans ces entreprises temporelles si faciles au regard des efforts du combat spirituel ?

Le doute est une des grandes armes du diable. Si la foi représente la réalisation actuelle d'une des vertus de l'éternité, le doute est l'illusion mentale d'une des apparences du temps. Quand on se trouble devant un obstacle, on se prépare une chute certaine ; mais si on l'envisage avec résolution, il s'évanouit. Un sceptique n'arrive jamais à rien, à moins qu'il n'ait foi dans son scepticisme.

Que ne ferait pas l'homme qui croirait en Dieu de toutes ses forces, puisque, pour avoir cru en un autre homme, en une femme, en une idée, certains ont accompli des gestes héroïques ?

Il est difficile d'avoir la foi, dites-vous ? Non, cela ne vous paraît impossible que parce que vous avez lié vous-mêmes les mains de votre esprit ; vous vous êtes vous-mêmes enfermés dans un cachot où vous gémissez.

Veuillez avoir la foi, et vous l'aurez à l'instant ; chassez l'hésitation, et vous agirez comme si vous aviez la foi ; chassez l'orgueil et vous verrez que le doute n'est pas autre chose qu'un mirage qui intercepte les communications divines. Alors votre foi ne sera pas, comme celle des surhumains, le poison le plus mortel à votre âme, elle sera au contraire son tonique tout-puissant.

Et puis, nous ne sommes pas seuls. Notre ami est là. Il prie avec nous ; Il est le désir de la demande, le messager et la réponse. Sa personne tout entière n'est qu'une vaste symphonie de demandes. Quand autrefois Il bénit cette terre de Sa très douce présence, Ses paroles, Ses pensées, Ses actions furent toutes des prières irrésistibles.

Chaque cellule de Son corps, chaque étincelle de Son être interne fut une Prière vivante. Ce qui prie en nous, comprenez-le donc, c'est Son esprit ; et nos soupirs n'ont de vertus qui si nous nous sommes au préalable incorporés en Lui, par l'habitude de nos sentiments, de nos pensées et de nos actes, tous offerts à Son service.

Cette confiance que je vous demande de créer en vous - car on peut tout sur soi-même - et qui est indispensable à l'exercice du sacerdoce mystique, ce n'est pas la foi intellectuelle, c'est la foi vivante, celle qui affronte chaque jour l'impossible dans la vie pratique ; celle qui demeure sereine dans les pires catastrophes ; celle qui fixe la mort sans ciller et dont l'aspect des plus noirs démons ne ralentit pas la marche.

Cette foi-là, les plus grands d'entre les hommes ont tout juste fait quelques pas sur la route qui y conduit et cependant je vous invite avec instance à la créer en vous ; elle est plus proche de nous actuellement qu'au moyen âge ; elle couve ; un effort et elle S'allume. Faites cet effort à la première occasion.

La quatrième condition nécessaire pour que la demande soit entendue, C'est d'être sur le chemin de la Paix. Le Ciel est le monde de la paix. Il faut pardonner à ceux qui nous ont fait du mal, non seulement aux hommes, mais à toute créature, aux événements, aux invisibles, aux idées, aux sentiments, aux choses.

Nous ne pouvons jouir de cette mansuétude que si nous avons confiance que le Père ne donne pas d'épreuve injuste. Quand nous voulons Lui parler, oublions un instant nos ennuis ; nous pourrons ensuite les soutenir avec plus de calme et mieux les combattre. Et le pardon est le meilleur anesthésique pour apaiser nos souffrances d'amour-propre.

En cinquième lieu, il faut s'adresser au Ciel dans un sentiment de reconnaissance et pour les bonheurs et pour les malheurs. Si les uns sont des moments de repos, les autres sont les uniques moyens de notre avancement, puisque nous craignons encore l'épreuve.

Sixièmement, il faut être attentif à ce que l'on dit ; il faut l'être parfaitement ; non seulement d'intelligence, mais de cœur et de corps. Cette condition est difficile à réaliser, car nous sommes essentiellement distraits. Le manque d'attention est un manque de ferveur. Être attentif, c'est vouloir ; et impossible de vouloir sans aimer. En vérité l'Amour est la clef de toutes les portes.

Pour lutter contre la distraction, priez à haute voix ; si votre cœur est sec, priez en méditant, c'est-à-dire en réfléchissant avec votre raison logique sur chaque parole prononcée, la pesant et l'examinant.

On peut prendre, au cours de la journée, quelques précautions efficaces pour développer le pouvoir d'attention. S'abstenir de paroles inutiles, éviter les pertes de temps, repousser la rêvasserie et, par-dessus tout, se corriger de ses défauts. Devenir saint. Ces deux mots contiennent le secret de tous les développements moraux, spirituels et même intellectuels ; mais, hélas ! Je crains que la recette ne soit trop simple ; le mystérieux a tant d'attrait pour nous !

Il suffit d'écarter les distractions avec le plus grand calme, sans se lasser. Si trois heures s'écoulent avant d'avoir pu dire convenablement le Pater, ç'auront été trois heures excellemment employées ; aucun effort ne se perd.

En septième lieu, la persévérance. Que la parabole du juge inique nous instruise. Ce qu'on n'a pas obtenu en une semaine, on l'obtiendra peut-être au bout d'une année ; si notre voix n'a pas été entendue au bout d'un an, elle le sera peut-être au bout de trente.

Les vieux rishis indous, pour prendre la place d'un simple dieu, faisaient pénitence durant des dizaines de siècles ; nous, qui sommes certains que le Maître des dieux Lui-même S'incline à notre voix, nous pouvons bien, après une distraction ou une tiédeur, recommencer notre demande, dussions-nous nous priver de sommeil cette nuit-là.

En résumé, dans la prière, ce n'est pas tant son intensité qui importe que sa préparation. Si je consacre un quart d'heure par jour à dire des noms de malades, il faut d'abord que je consacre les vingt-trois heures trois quarts qui restent à vivre dans le Ciel, à vivre en disciple parfait. Alors mon esprit sera plus près de Jésus, et il me suffira de Lui exposer mes désirs tout simplement, tout bonnement, sans me mettre dans des états extraordinaires.

Cet ensemble de conditions doit finir par vous paraître passablement difficile, compliqué. Ce n'est qu'une apparence. Dans le spirituel, bien plus encore que dans le matériel, tout est un, partout. Soyons assurés que la prière la plus imparfaite reste toujours utile, aucune prière n'est jamais perdue.

Ceux qui croient que, parce qu'ils se sont voués au Christ, leur vie doit être tranquille et monotone se trompent. Ceux qui croient que, parce qu'ils se sont voués au Christ, leur vie doit être un long martyre se trompent encore. Les uns et les autres n'ont raison que sur ce point : de s'être voués au Christ.

Mais, puisqu'ils se sont donnés au Christ, de la toute-puissance et de la toute-bonté de qui ils sont certains, de quoi s'inquiètent-ils donc ? Puisqu'ils sont dans la main du Père, qu'ils fassent à fond leur devoir, qu'ils demandent pour tout, cela suffit. S'Il exauce, c'est bien ; s'Il refuse, c'est bien ; s'Il envoie l'épreuve, c'est bien ; s'Il envoie quelque bonheur, C'est bien.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: prière pour Pascale   

Revenir en haut Aller en bas
 

prière pour Pascale

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Demande de prière pour Laura
» Prière pour la Paix de Saint François D'assise
» Prière pour la canonisation de la bienheureuse Kateri Tekakwitha
» Prière pour les catéchumènes
» Prière pour le Synode africain
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cercle de Samsara :: Soins Spirituel :: Prières & demande de Grâces-
Sauter vers:  
Le Cercle de Samsara vous apporte des satisfactions,faites un don!
Le Cercle de Samsara vous apporte des satisfactions,faites un don!
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit