Cercle de Samsara
Il n'y a qu'un Dieu, mais Ses noms sont innombrables, et innombrables aussi les aspects sous lesquels Il peut être considéré.
Nommez - Le de n'importe quel nom et adorez - Le sous l'aspect qui vous plaira le mieux, vous êtes certain d'arriver à Lui.



 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Ecriture Automatique : Les Lettres de PIERRE MONNIER

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
silence
Admin
avatar

Nombre de messages : 2241
Bonus : 4257
Date d'inscription : 18/03/2007

MessageSujet: Ecriture Automatique : Les Lettres de PIERRE MONNIER   Lun 9 Sep - 14:55


Les Lettres de PIERRE MONNIER mort en 1915
(Reçues par sa mère en écriture automatique)

Pierre Monnier était un officier français de 23 ans. Il est mort au combat le vendredi 8 janvier 1915, sur le front de l’Argonne. Lorsqu'ils apprirent la nouvelle, ses parents furent bien sûr plongés dans un immense chagrin.

Cependant, quelque temps après cette mort, madame Monnier entendit très distinctement la voix de son fils qui l’appelait, par trois fois.
Bouleversée, elle demanda :
- « C’est toi, Pierre ? »
- « Mais oui, Maman ! Ne crains rien, je suis vivant ! »
La phrase « Je suis vivant » a beaucoup de sens ici : la famille de Pierre Monnier avait une vive foi protestante ; or pour « l’orthodoxie » protestante ( ou catholique d’ailleurs ), quelqu’un qui meurt « s’endort en Dieu » et « ne se réveillera » que pour le Jour du Jugement dernier, lors de la Résurrection des corps.
La phrase « Je suis vivant » vient rectifier ce point de dogme ; Pierre dit, et dira, en quelque sorte à sa mère : « Tu vois, en ce moment, maintenant, je suis le même, je suis conscient, je me souviens de toi, je peux communiquer avec toi. « Les morts », « les disparus », sont « vivants » quelque part, ils ne dorment pas.
Ils peuvent être « en communion » avec vous ; et vous, restés sur la terre, devez être en communion avec nous ».
Tout au long de ses messages à sa mère, Pierre parlera ainsi de « Communion des saints », de « Communion spirituelle », de « Communion avec l’au-delà », de « Communion des esprits ».
Madame Monnier n’entendra plus jamais la voix de son fils.

Cependant, le lundi 5 août 1918, elle perçut intérieurement un commandement que son fils lui donnait :

- « Ne pense à rien ! Écris ! ».

Elle cherche un crayon, ne trouve pas de papier à lettres, prend un petit carnet de comptes et elle écrit :

- « Oui, c’est moi qui t’ai demandé d’écrire. Je crois que par ce moyen nous arriverons à communiquer bien plus facilement.
Je suis si heureux de pouvoir te parler comme autrefois… ( je le faisais bien, mais tu n’entends pas toujours ! )Il y aura parfois des idées changées par ta conception des choses ; mais certainement, plus nous écrirons, plus cela deviendra rare. J’ai des amis qui correspondent ainsi avec les leurs, couramment et constamment ; ils me conseillent d’essayer ; cela se perfectionne assez rapidement.Laisse ton esprit vide de tout ce qui peut te préoccuper… »
Le témoignage de Madame Monnier sur la façon dont ces messages lui parvenaient est bien sûr très intéressant.

Lien vers "Le Manuel de l'Ecriture Automatique" de la BOUTIQUE ESOTERIQUE SAMSARA


Voici un extrait d’une lettre qu’elle écrivit le 8 février 1944 ( alors que son fils ne lui avait plus rien transmis depuis le 9 janvier 1937 ) au Révérend Père Sanson, prêtre de l’Oratoire, prédicateur de Notre-Dame :

- « … Au début de ces messages, j’ai prié, ardemment prié Dieu de ne pas me laisser tromper les âmes par le fait que je me tromperais moi-même. Mais très vite, je me suis rendu compte que, pour obéir à la demande de Pierre : « Ne pense à rien, prends un crayon, écris ! » je m’annulais presque matériellement. J’écrivais sans hésitation, sans réflexion, sans savoir ce que j’écrivais. Il y avait beaucoup de termes que j’ignorais. Je tiens à ajouter ceci : il n’y a dans les messages ni une pensée, ni une explication, ni une parole qui ne me soit dictée. Tout cela vient sans que mon esprit y prenne part. Je ne sais pas ce que j’écris aussi longtemps que je n’ai pas signé : Pierre. Quand je relis, c’est une chose nouvelle pour moi du premier au dernier mot ».

Pour un faciliter l’abord de ces livres remarquables, je signale la présence d’un « Index analytique » très bien fait et très détaillé à la fin des volumes I, II, III, IV, V et VI ; par exemple, après la page 454 du volume I, on trouve un Index comportant des pages numérotées de 1 à 50, avec des termes comme « Aimer », « Âme », « Disparus », « Egoïsme », « Evolution », « Jugement », « Liberté », « Melchisédech », « Mort » ( et « seconde mort » ), « Volonté » etc…

A la fin de chaque volume, il y a bien sûr un Index différent. Par contre, il n’y a pas d’Index à la fin du Volume VII, peut-être parce qu’il ne comporte que 119 pages.

Ces « Lettres » venues d’ailleurs composent un vaste message destiné aux chrétiens, plus spécialement aux protestants et aux catholiques : il leur est dit de s’écouter, de dépasser les limites des uns et des autres. Jean Prieur tente de résumer cela ainsi :« S’il fallait définir la doctrine de Pierre, je proposerais cette formule : c’est un catholicisme épuré, repensé par une intelligence protestante ; c’est une étonnante synthèse des deux religions, prenant dans chacune ce qu’elle a de meilleur ».

Il serait vraiment très souhaitable que l’étude attentive de ces « Lettres de Pierre » se développe dans les pays où catholiques et protestants s’affrontent encore aujourd’hui ; je pense bien sûr en premier lieu à nos amis anglais et irlandais.

Les lettres de Pierre ne viennent pas de la terre; elles furent dictées par un fils qui n'était plus de ce monde au coeur de sa mère qui y demeurait encore.

Tout leur enseignement pourrait se résumer dans cette phrase de l'une d'elles: "La mort ne brise rien, ni l'amour, ni la vie".

Mais qui était Pierre Monnier? Un officier de 23 ans qui tomba le 8 janvier 1915 sur le front d'Argonne.
Un fils unique dont la disparition fut un drame. Un enfant qui meurt c'est la fin du monde. Cela peut être aussi la fin de Dieu. Tel ne fut pas le cas de Madame Monnier, sa foi ne fut pas entamée, mais dans son orthodoxie protestante trop stricte, elle ne croyait qu'à la Résurrection du Dernier Jour.

La vocation de Pierre fut justement de nous annoncer à travers elle la résurrection immédiate, la réalité de la présence des disparus, qui, bien loin de dormir, continuent à penser, à aimer, à œuvrer dans les espaces spirituels. (2.880 pages réparties en 7 volumes, écrites de 1918 à 1937).

Revenir en haut Aller en bas
 

Ecriture Automatique : Les Lettres de PIERRE MONNIER

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» [Help] Pourquoi je n'y arrive pas ? Ecriture Automatique.
» l ecriture automatique
» Ecriture automatique : Esprit demande aide
» Vidéo d'Ecriture automatique
» [Questions] Ecriture automatique et cognition
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cercle de Samsara :: Le Spiritisme :: Spiritisme-
Sauter vers:  
Le Cercle de Samsara vous apporte des satisfactions,faites un don!
Le Cercle de Samsara vous apporte des satisfactions,faites un don!
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit