Cercle de Samsara
Il n'y a qu'un Dieu, mais Ses noms sont innombrables, et innombrables aussi les aspects sous lesquels Il peut être considéré.
Nommez - Le de n'importe quel nom et adorez - Le sous l'aspect qui vous plaira le mieux, vous êtes certain d'arriver à Lui.



 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 séances de relaxation entre membres du Cercle de Samsara

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
dubuisson

avatar

Nombre de messages : 811
Age : 68
Bonus : 1003
Date d'inscription : 09/11/2010

MessageSujet: séances de relaxation entre membres du Cercle de Samsara   Sam 1 Sep - 17:45



Séances de « relaxation »
(essais)
Bonjour à toutes et tous,
Voici le récit d’une expérience effectuée avec l’aide de l’une de nos amies. Elle est médium depuis de nombreuses années et, est donc le sujet absolument adéquat pour ce genre d’expérience.

Elle souffrait d’une rage de dent qui évoluait en œdème. Son cou était aussi enflé que sa joue et elle disait elle-même qu’elle ressemblait fort à un castor ou à un hamster aux joues pleines de victuailles.

Comme nous avions déjà discuté de séances d’hypnose sur Samsara, l’idée nous vint de tenter au moins une séance de relaxation par téléphone, car elle ne pouvait plus dormir depuis plusieurs nuits.

J’utilisai avec son accord une méthode trouvée dans un livre (Nos vies antérieures – Dr. Brian Weiss – éd. J’ai lu ). Méthode destinée, comme l’indique le titre du livre, à effectuer des voyages dans nos vies passées. J’avais extirpé de ce texte ce qui peut nous faire franchir la barrière du temps ; le destinant simplement à une relaxation, voire à quelques soins suggérés.
La première séance d’environ 20mn se passa curieusement. Ses facultés de médium aidant, Sourire nous dit qu’elle s’était vue dédoublée ; que son corps s’était dédoublé. Le résultat fut que la nuit qui suivit, elle pût enfin dormir. Le but était atteint.

Nous avions décidé que nous effectuerions plusieurs séances sur les jours suivants.
Le lendemain, même opération. Après la séance elle m’expliqua ce qui s’était passé. Ce fut très intéressant :
Elle nous dit qu’elle s’était vue une nouvelle fois dédoublée, que son corps physique était « plombé », qu’elle ne pouvait plus bouger physiquement ; mais que son corps, qui se trouvait à côté d’elle et qui flottait au-dessus du lit où elle était allongée, s’occupait de tous les soins.

A ce stade, je dois préciser que le texte lu, intègre la demande de visualisation d’une lumière qui doit envelopper le corps graduellement apportant ainsi la détente recherchée. Mais je laisse parler Sourire :

- « Mon corps physique était complètement plombé, je ne pouvais plus bouger. C’est ce corps qui tenait le téléphone. Mon autre corps, lui, flottait au-dessus de mon lit. Il était très léger, d’une couleur transparente bleu-gris, comme un vêtement transparent que j’aurais enfilé. Il se situait à côté de moi, un peu au-dessus. J’aurais pu le toucher en étendant le bras, c’était comme quelqu’un allongé près de moi mais qui flottait au-dessus du lit. »

« Quand tu m’as dit de visualiser une lumière, j’ai vu une ampoule électrique et je me suis vue la brancher, je me suis vue brancher le fil dans la prise. Cette ampoule était incandescente et dégageait de la chaleur. Quand tu parlais elle bougeait. Elle suivait les mouvements de ta voix. Je crois bien que tu la dirigeais. Elle se balançait comme un métronome ».


Là j’arrête les propos de Sourire car quelque chose m’intrigue. Je lui demande :
-« Tu veux dire qu’elle se balançait comme un pendule ? ».

Elle acquiesça et revint sur l’idée du métronome.
-« Est-ce qu’elle se balançait au rythme de ta pendule ? »

- « Quelle pendule ? » me demanda-t-elle, « Je n’ai pas de pendule »

- « Et bien, j’ai entendu une pendule qui faisait tac-tac, une pendule quoi ! »


- «  Non non, je n’ai pas de pendule chez moi. »


- « Alors c’est ton ampoule que j’ai entendue se balancer … ! »


Nous comprimes tous deux que ce que j’avais entendu n’étaient rien d’autre que les balancements de l’ampoule électrique qu’elle me décrivait. Je venais d’entendre les balancements d’une ampoule électrique suspendue au bout d’un fil. Ampoule et fil qui n’existaient pas ! Pas mal non ?
Sourire passa de nouveau une excellente nuit.

Des commentaires ?

Bonne soirée à tous
dubuisson  sunny
Revenir en haut Aller en bas
vasariah06

avatar

Nombre de messages : 448
Age : 54
Bonus : 486
Date d'inscription : 04/04/2012

MessageSujet: Re: séances de relaxation entre membres du Cercle de Samsara   Lun 3 Sep - 5:18

A mon avis, nos capacités sont insoupçonnées.
La chose formidable est que son propre corps lui apportait des soins. La lumière deviendrait le fil conducteur de l'hypnose puisqu'elle se balance.
Vous avez vécu là une expérience extra ordinaire.
Bravo !
Revenir en haut Aller en bas
revesdetoiles

avatar

Nombre de messages : 92
Age : 48
Bonus : 106
Date d'inscription : 11/02/2010

MessageSujet: Re: séances de relaxation entre membres du Cercle de Samsara   Lun 3 Sep - 7:55

superbe experience merci de nous la faire partager
Revenir en haut Aller en bas
dubuisson

avatar

Nombre de messages : 811
Age : 68
Bonus : 1003
Date d'inscription : 09/11/2010

MessageSujet: séances de relaxation   Lun 3 Sep - 17:51

Merci mesdames pour ces réponses.

Si ces séances présentent un intérêt pour vous, et d'autres membres, nous serons heureux, Sourire et moi de vous relater les suivantes.

Au total nous en avons effectuées six (l'une d'elles est encore dans mon magnétophone).


dubuisson sunny
Revenir en haut Aller en bas
vasariah06

avatar

Nombre de messages : 448
Age : 54
Bonus : 486
Date d'inscription : 04/04/2012

MessageSujet: Re: séances de relaxation entre membres du Cercle de Samsara   Mar 4 Sep - 5:09

Oui oui oui !
C'est extrêmement intéressant !
Merci Dubuisson !
Revenir en haut Aller en bas
dubuisson

avatar

Nombre de messages : 811
Age : 68
Bonus : 1003
Date d'inscription : 09/11/2010

MessageSujet: Troisième séance de relaxation entre membres du Cercle de Samsara   Mar 4 Sep - 7:20


D'accord Vasariah, voici donc la troisième :

Le lendemain nous reprîmes le même exercice. Une amie avait eu un mal à la gencive une partie de la journée et avait bourré la cavité, qui autrefois logeait sa dent, d’efferalgans écrasés. « Comme ça au moins je n’ai plus mal ! » m’avait-elle dit.
La séance se déroula comme la veille. Je parlai d’une voix posée et tranquille.

- « Tiens c’est amusant » me dit-elle quand la séance fut terminée.

- « Cette fois mon corps (éthérique) était presque au plafond. Je l’ai vu s’élever, c’était très doux ; mais je n’ai pas vu sa couleur, et il n’avait pas de tête. Un faisceau orange, orange-jaune tourbillonnait autour de lui. Je crois bien que, comme l’ampoule d’hier, c’était toi qui le dirigeais. Il bougeait au rythme de ta voix et s’arrêtait quand tu faisais une pause. C’était comme une spirale qui tournait autour de mon corps. Elle partait du plafond vers le bas et tournait de droite à gauche. Par contre je n’entendais plus ta voix, je crois que tu parlais directement à mon corps éthérique et que tu dirigeais ce faisceau lumineux sans que je t’entende. Il réagissait directement au son de ta voix. C’était très beau… Mon corps physique ne t’entendait pas. »

- « Le verbe crée » pensai-je –

- « J’ai de nouveau entendu ta voix et ressenti une chaleur dans ma mâchoire quand tu t’es mis à la soigner avec la lumière ».

- « J’ai l’impression que la relaxation, puis les soins apportés à ta mâchoire, sont deux choses bien distinctes » lui dis-je.

- « Oui » me répondit-elle « Je crois que c’est pour cette raison que mon corps éthérique n’avait pas de tête. »


Voilà ce récit est assez court ; mais vous constaterez au fil des lectures que toutes ces séances sont différentes et réservent bien des surprises.
Bonne journée.
dubuisson  sunny
Revenir en haut Aller en bas
dubuisson

avatar

Nombre de messages : 811
Age : 68
Bonus : 1003
Date d'inscription : 09/11/2010

MessageSujet: Quatrième séance de relaxation entre membres du Cercle de Samsara   Mer 5 Sep - 14:35


Quatrième soirée
J’ai essayé de retranscrire le texte comme je l’ai reçu.
L'amie était encore dans un état second quand débute ce texte

Je l’entends tousser dans le téléphone, juste comme j’allais lui dire de revenir.

- « Ah ! Tu es réveillée alors ? »

- « Excuse-moi »  répond elle, « Non je suis encore loin »

« Cette fois j’étais loin. J’étais dans une grotte, une grotte, ou une grande cave voûtée. L’ambiance était sombre. Sombre mais avec une lumière bleutée. Il y avait des inscriptions sur les murs ; mais je pouvais à peine les voir. »

- « As-tu pu les lire ? »

- «  Je n’ai pas eu le temps. C’étaient des inscriptions comme des hiéroglyphes, oui c’est ça, des hiéroglyphes. Ce n’était pas une caverne comme celles qu’on visite, comme Lascaux, non …  Il y avait un vieux sage qui lisait sur un parchemin. Je ne pouvais pas le voir. Il faisait trop sombre. Je voyais une robe de bure ; et un capuchon rabattu sur sa tête. Mais c’était ta voix. Tu lisais, je sais que tu lisais, mais je n’entendais pas tes mots. Je les ressentais mais ne les entendais pas. C’était mon corps éthérique ».

(Avant sa toux, pendant la lecture du texte, il m’était venu la pensée d’une vie antérieure ; mais l’idée fut rapide, je ne la laissai pas aller jusqu’au bout, me concentrant sur ma lecture du texte.)

- « On m’a emmenée dans une chapelle. On m’a sortie de la grotte et amenée là. C’est quand on m’a déplacée que ça m’a fait tousser… ! Je vois une table en bois » (Sourire n’est encore pas totalement revenue). « C’est marron. Il y avait quatre bougies, quatre cierges sur la table, un à chaque pied. C’était sombre aussi ; mais il y avait des vitraux. Ils étaient bleus et vieux, oui vieux. Tu parlais toujours. Je ne te voyais pas, je ne t’entendais pas, mais tu parlais. Autour de moi j’ai aperçu quatre… fantômes. Ils étaient légers et fluides. Ils étaient vêtus de bleu-transparent. Ils s’occupaient de mon corps éthérique et semblaient lui porter beaucoup d’attentions. Deux s’affairaient près de ma tête, les deux autres vers mes pieds. Ils se rejoignaient parfois au milieu de mon corps qui était vêtu de quelque chose de transparent comme un linceul blanc. J’étais vêtue de blanc. »

- « Ces Etres, ces fantômes semblaient suivre le son de ta voix, comme le faisaient précédemment l’ampoule ou le rayon lumineux. Tu semblais leur dispenser des directives. Je ne te voyais pas. Il faisait sombre et tu étais loin, mais c’était toi qui parlais. Pourtant je n’entendais pas tes mots. Je crois que je les ressentais. »

- « Curieusement j’ai pensé que je revivais une vie antérieure. C’était peut-être une vie antérieure »


Je demande :
- « Pourtant j’ai bien insisté et dirigé la lumière sur ton crâne et tes mâchoires, tes gencives, en demandant que toute plaie dans ta bouche cicatrise au plus vite. Je disais que la lumière était remplie d’amour divin, quelle était bienfaitrice pour toi, qu’elle était chargée de te guérir, de t’enlever tout maux que tu pouvais avoir à ces endroits ! ? »

- - « J’ai juste entendu le mot mâchoire » me répond-elle… « J’ai l’impression qu’il s’est écoulé… quatre minutes ? »

- « Non, vingt cinq minutes environ ! »



Bonne soirée.  dubuisson  sunny
Revenir en haut Aller en bas
vasariah06

avatar

Nombre de messages : 448
Age : 54
Bonus : 486
Date d'inscription : 04/04/2012

MessageSujet: Nosso Lar   Jeu 6 Sep - 5:21

Quelles émotions !
C'est formidable, ces exercices sont tout simplement fantastiques !

Dubuisson, si j'ai pensé à une vie antérieure au début, je n'y crois pas vraiment. Je pense que notre Sourire est partie dans un de ces lieux de soins, bien décrits par ailleurs dans le livre "nosso Lar". Comme quoi, nos mondes sont proches et les liens étroits.

Si elle a pu se donner des soins dans la 1ere partie, la suite demandait d'autres interventions.
Dans la 2ème un être intervenait. Une énergie, un fluide (pas de tête, pas "d'état").
Dans la 3ème deux êtres distincts et un déplacement.
Le soin de la tête et des pieds me fait penser à la circulation des énergies dans le corps, le rapport énergie de la terre (ou entrée) aux pieds et énergie du ciel, spiritualité (sortie) à moins que les 2 soient des entrées et que la jonction se fasse au niveau du milieu du corps (estomac/intestin qui sont notre 2ème cerveau).

Quelle merveilleuse façon de soigner un mal de dents ! Il faudrait savoir ce qui provoque ce mal de dent (pas de manière organique mais en métamédecine, ce serait intéressant).

Merci de nous faire vivre cela
Bien à vous
http://www.cercle-de-samsara.com/t2154-livre-spirite-nosso-lar#7416
Revenir en haut Aller en bas
vasariah06

avatar

Nombre de messages : 448
Age : 54
Bonus : 486
Date d'inscription : 04/04/2012

MessageSujet: Re: séances de relaxation entre membres du Cercle de Samsara   Ven 7 Sep - 5:09

Bonjour Sourire,

Il vous faut chercher l'origine de tous ces maux en métamédecine. Cela éclaire beaucoup de chose !
D'ailleurs, je suis surprise que Silence n'ait rien posté à ce sujet, ou alors, j'ai mal vu ou pas vu ! le forum est vaste !
J'ai lu vos posts ici, je sais ce qui vous est arrivé.
Je suis contente que tout aille bien pour vous.
Dubuisson fait partie de ces quelques êtres merveilleux ! Smile et rares !

Continuez à marcher dans la beauté !
Bien à vous
Revenir en haut Aller en bas
dubuisson

avatar

Nombre de messages : 811
Age : 68
Bonus : 1003
Date d'inscription : 09/11/2010

MessageSujet: régression sous hypnose entre membres du Cercle de Samsara   Lun 10 Sep - 11:13

Expérience de relaxation dérivant vers une régression sous hypnose
Cette cinquième séance avait été enregistrée. Pour conserver de manière plus vivante la lecture du récit, j'ai volontairement retranscrit le texte suivant son écoute. L'amie parlait avec d'une voix différente de l'ordinaire, en "mâchant" ses mots, et en employant parfois de curieuses expressions.

COMPTE RENDU DE LA CINQUIEME SOIREE


Lecture du texte menant à la relaxation. Soudain, l'amie m’interrompt :

- « Attends ! ….. J’suis au bord d’la mer,…. là ! »

Comprenant qu’elle effectue une régression, je tente de la guider :
- « Que vois-tu ? »

- « C’est un plafond bas.
C’est très très sombre… Ca remonte… euh… c’est une… c’est des  vieilles maisons tout en pierres. C’est bizarre. »


- « Est-ce que tu peux décrire le sol ? »

- « C’est de la terre. »

- « Et tes chaussures ? »

- « Oh, là ! C’est des godillots, j’ai des sabots, je suis dans la misère, là. J’ai des…. J’suis en train de, de, j’ai … il y a un fourneau. Il  y a de la soupe. Il y a une tablée, je n’sais pas ce que c’est que ces gens… Ils ont des, ils sont habillés en haillons. »

- « Est-ce que tu peux décrire un peu mieux ? Leurs vêtements ? »

- « Leurs vêtements, y a des trous, c’est reprisé de…., grossièrement. C’est dans les couleurs, beige, c’est tout triste. On dirait un feuilleton d’Emile Zola. »

- « Est-ce que tu peux connaître la date ? »

- « Oui, j’la vois… si j’me trompe pas, un, huit, je vois la date sur la maison, écrasée, un, huit, sept, deux. Oh, là ! Où j’suis, là ? Y a la mer. Y a un vieux bateau qu’est tout rafistolé, c’est une grosse barque. Y a des pêch…., c’est pour aller à la pêche. Y a des filets de pêche qui faut raccommoder, repriser… »

- « Et toi, qu’est-ce que tu fais ? »

- « Moi, j’suis vieille, j’fais la soupe, y a des marmots, on est bien sept ou huit… Y a une grande table, avec des écuelles. »

- « Est-ce que tu peux parler aux gens qui sont là ? »

- « Non, j’parle pas, faut que je les serve. »

- « Est-ce que tu es la grand-mère ou une domestique ? »

- « J’sais pas…. Non, j’suis pas une bonne. J’suis épuisée… »

- « Tu es très vieille, donc tu es fatiguée ? »

- « Oui, j’suis très vieille, j’ai quarante cinq, cinquante ans… »

- « Oui, pour cette époque, c’est très vieux. Est-ce que tu peux adresser la parole aux gens autour de toi ? »

- « Non. »

- « Est-ce que tu les entends se parler ? »

- « Non. »

- « Est-ce qu’il te semble connaître ces gens ? »

- « Oui. Y en a un qui s’appelle … j’vois pas bien… c’est en breton, je …. « Gwa » …quelque chose,… c’est comme du patois, c’est un dialecte que j’connais pas. »

- « Pourtant tu le connais, puisque tu fais partie de cette famille. »

- « Mais j’parle pas, moi, il me semble que j’ai pas le droit de parler. »

- « Tu n’as pas le droit ou tu as l’impossibilité physique de parler ? »

- « Non, parce que, il faut que j’les serve pour qu’ils r’partent à la pêche. »

- « Et, eux, ne parlent pas ? »

- « Ils mangent. Y a un grand coup sur la table, c’est comme si on donnait un ordre et tout le monde part, ça court, ça court sur le bateau, l’heure de la pêche arrive, la marée va monter ou descendre, j’sais pas. Il faut ramener beaucoup de poissons. »

- « Et toi, qu’est-ce que tu fais ? Tu débarrasses la table ? »

- « Oui, oui, moi j’suis en train de peiner pour ramasser les écuelles. »

- « Est-ce que tu as à manger, toi ? »

- « Non. Mais j’suis pas maigre. J’suis en paix. J’ai tellement des vieux vêtements que mon corps n’apparaît pas. Mon corps ne m’appartient pas encore. J’ai pas de corps, faut pas que j’ai de corps. Parce que j’dois travailler pour nourrir toute la tablée. Et j’fais la vaisselle, avec une espèce de… de lavette, j’sais pas c’que c’est. C’est tout troué. Y a une grande bassine, faut que je fasse chauffer de l’eau. Y a un fourneau. Mais, par contre, faut que je mette du bois,… du charbon, … du bois, oui du bois. »

- « Est-ce que tu peux décrire le fourneau ? »

- « Il est… il est gris, j’crois que c’est d’la fonte. D’la ferraille. Oui, (je…ju ?) Faut que j’soulève ça, c’est lourd, faut que je soulève le couvercle. Dans l’coin y a une espèce de latte, mais y m’reste dans les mains. Donc je cherche autre chose, une espèce de crochet que j’trouve. »

- « Est-ce que tu as l’impression que c’est ta dernière vie dans laquelle tu as vécu ? »

- « Non. Non,… j’ai d’autres lieux, mais pour l’instant j’suis bloquée dans…. Mon corps physique m’a… m’appartient plus. C’est comme si je souffre … (pas ?) pourtant j’suis pleine de rhumatismes, j’ai les mains qui sont complètement crochues … ah j’suis … vieille … (incompréhensible, patois ?) »

- « Est-ce que tu penses à quelque chose de particulier ? »

- « Ah tu sais, j’suis très vieille…. Faut qu’j’m’affaire, faut que je sois solide, j’suis en train de couper j’sais pas quoi, un espèce de morceau d’pain là d’dans … si,  j’peux manger du pain … trempé dans, une espèce de, d’eau, de…, c’est pas blanc, c’est même pas du lait, on a pas les moyens j’crois »

- « Est-ce que tu as eu quand même des joies dans cette vie ? »

- « Non, non non »

- « Tu as eu des enfants pourtant ? »

- « 7 … 7, 8, 9 … y’en a un de parti »

- « Est-ce que tu les as eu jeune ces enfants ? »

- « Oui très jeune «

- « Tu as été mariée de ton plein gré ? »

- « Non, non non «

- « Est-ce que ton mari était gentil avec toi ? »

- « Moche «

- « Sur le plan physique ? »

- «  Méchant «

- « Alcoolique ? »

- « Y m’faisait des gosses … y buvait ………….. c’est pas beau … j’suis pas très bien….  J’ai … et …. Les plafonds, c’est pas des plafonds, c’est, c’est très bas … j’connais pas cet endroit, je connais pas … de mon vivant j’ai jamais été en Bretagne «

- « Est-ce que tu peux savoir comment s’appelle cet endroit ? comment se nomme la personne que tu es ? »

- « J’sais pas … y a un « K », y a un « K » mais est-ce que c’est phonétique ou est-ce que c’est ….. ?  y a un « A » mais j’sais pas dans quel ordre … c’est breton … y a un « C » mais je vois pas le reste »

- « Est-ce que tu es dans un village ou est-ce que tu es dans une maison isolée ? »

- « Non c’est un petit hameau, les maisons sont … les unes à côté des autres «

- « Est-ce que toutes ressemblent à la tienne ? »

- « Oui, oui c’est, c’est comme un village de… de … pêcheurs, quoi ! «

- « Est-ce qu’il y a des animaux, est-ce que tu vois des animaux ? »

- « Ah ils sont galeux, tout est triste.  Oui il y a un chien qui est tout maigre ; à qui je donne un os ou pas … et j’le caresse … il a pas l’air méchant … mais il est dans la rue «

- « Les autres habitants sont dans le même état que toi ? »

- « Ils sont enfermés, j’les vois pas, il y a rien dehors »

- « Tu as l’impression qu’ils sont tous partis à la pêche, ou aux champs ? »

- « Oui, le village est mort, le hameau, c’est pas un village c’est un hameau, il est mort. On a l’impression que les femmes sont retirées là, de la vie, elles sont dans leur maison »

- « Est-ce qu’il y a une idée religieuse qui te vient à l’esprit ? »

- « Oui ….. une croix, un calvaire ….  Oui, y a une vieille croix en ferraille ….  Y a du ciment, y a de la terre …, c’est posé sur un,  une pierre … des cailloux … c’est pas une pierre c’est des cailloux …… … mais … j’ai pas envie de rester là moi …. ! »

- « Il est temps de revenir »

- « Oui parce que ça m’angoisse, c’est trop fermé pour moi ….. une seule pièce et puis une grande table … j’vois pas de (sangles ?) ni de (pierres ?) …… une espèce de …. pièce où il y a qu’une paillasse ….. oui j’dors là d’ssus moi ! »

- « C’est là où tu dors ? »

- «  Oui mais c’est tout petit, on dirait un réduit. C’est sale, tout est sale, c’est tout gris, y a pas de draps, y a juste, oui une paillasse, une espèce de … oui une paillasse … ouhla c’est pas beau ! »

Je sens de plus en plus l’angoisse monter dans la voix de Sourire. Je commence donc la lecture du texte qui doit la ramener.

- « Ah oui, je veux bien parce que là, j’ai du mal à respirer »
Lecture du texte …..

- ….. « J’ai mon corps éthérique qui s’en va de la maison … je suis en train de revenir ….. ça …. Ça s’envole dans la rue …..

Lecture du texte ….. celui-ci est complètement lu, mais quelque chose ne va pas. Je demande :
- « Ca va mieux ? »

- «  Ben euh …. Tu peux me faire revenir mon corps ? »

- « Te faire revenir encore une fois … ? »

- « Ben oui …. Mon corps éthérique est dans la … dans la rue, mais moi j’sais pas où je suis, j’suis pas revenue complètement »

Dans l’urgence, je réadapte un texte destiné à faire coïncider de nouveau le corps éthérique avec le corps physique de l'amie. Puis je lui demande si tout va bien, maintenant.

- « Oui oui, très bien je me suis réintégrée là … ouhla ! … il m’est arrivé un drôle de truc là ….. ! »
- « Ca va ? »

- « Oui. Oui oui oui oui ! »

L'amie explique :

- «  Je voyais mon corps éthérique qui était parti dans la nature ; mais je n’arrivais pas à récupérer mon corps. »
- « Ton corps physique ? »

- «  Oui, et quand il est revenu, j’ai eu comme une secousse. Comme un courant électrique qui m’a ramené dans mon corps »

- « C’est normal, c’est parce que tu es revenue brutalement »

- « Ouf ! … Je n’ai jamais aimé la Bretagne … (rires) …. Je n’ai jamais voulu aller en Bretagne, c’est une région qui m’a toujours fait peur ! »

- « Tu comprends pourquoi maintenant ? »

- «  Oui, c’est effarant ! »


dubuisson  sunny
Revenir en haut Aller en bas
vasariah06

avatar

Nombre de messages : 448
Age : 54
Bonus : 486
Date d'inscription : 04/04/2012

MessageSujet: Re: séances de relaxation entre membres du Cercle de Samsara   Mar 11 Sep - 7:17

Encore un récit, encore une preuve de plus sur cette longue vie ou ces ... longues vies ... !
Il y a peu être une source d'information sur les difficultés de santé de Sourire dans cette vie là. Les informations ne sont jamais rappelées par hasard.
Et ce n'est pas une information sur une "phobie" de la Bretagne !! c'est un beau pays de nos jours avec des gens sympas, authentiques et sûrement ..."taiseux" !!
Je comprends pourquoi j'ai tellement peur des "décorporations" !!!

Un grand merci à vous deux !

Bien à vous !
Revenir en haut Aller en bas
dubuisson

avatar

Nombre de messages : 811
Age : 68
Bonus : 1003
Date d'inscription : 09/11/2010

MessageSujet: régression   Mar 11 Sep - 10:28

Bonjour Vasariah et merci pour vos remarques  Embarassed

Seule L'amie peut savoir si cette vie antérieure a un rapport direct avec sa situation actuelle. Je pense qu'elle nous répondra à ce sujet.
Il est exact que les informations ne sont pas données au hasard. Nous apprenons par nos régressions uniquement ce qui nous est utile dans cette vie actuelle.

La prochaine et dernière séance nous transportera également dans une autre vie de L'amie. Ce qui donnera lieu à quelques questions. Nous nous sommes arrêtés ensuite, L'amie n'avait plus mal aux dents !  Very Happy

dubuisson  sunny
Revenir en haut Aller en bas
vasariah06

avatar

Nombre de messages : 448
Age : 54
Bonus : 486
Date d'inscription : 04/04/2012

MessageSujet: Re: séances de relaxation entre membres du Cercle de Samsara   Mar 11 Sep - 14:36

OUI !
Merci beaucoup de ce cadeau !
Je pense que Sourire doit s'interroger sur la douleur ressentie à être obligée de se taire, cette position où l'on "sert" mais où l'on ne parle pas, où la parole est proscrite, où tout acte affectueux est interdit.
Qu'a t-elle ressenti à ce moment là ? quelle peine ou douleur (outre les douleurs physiques de "vieille femme" ! de 45/50 ans !).

Merci à vous deux !

Bien à vous
Revenir en haut Aller en bas
vasariah06

avatar

Nombre de messages : 448
Age : 54
Bonus : 486
Date d'inscription : 04/04/2012

MessageSujet: Re: séances de relaxation entre membres du Cercle de Samsara   Jeu 13 Sep - 6:15

oui, une vie de labeur et de résignation.
Néanmoins, il s'agit d'un instantané, donc, rien sur avant et sur après.
Cette femme a eu des joies, des douleurs, des souffrances dans sa vie.
Faut-il vous interroger sur cette résignation ? tout ce "non exprimé" ?

Bien à vous! j'attends la suite avec impatience !
Revenir en haut Aller en bas
vasariah06

avatar

Nombre de messages : 448
Age : 54
Bonus : 486
Date d'inscription : 04/04/2012

MessageSujet: Re: séances de relaxation entre membres du Cercle de Samsara   Jeu 13 Sep - 10:12

Vous seule savez .... ! Smile

Bien à vous !
Revenir en haut Aller en bas
dubuisson

avatar

Nombre de messages : 811
Age : 68
Bonus : 1003
Date d'inscription : 09/11/2010

MessageSujet: Vie antérieure et vies parallèles   Ven 14 Sep - 8:31

Voici donc la sixième et dernière expérience.

Vie antérieure et vies



Lors de cette séance L'amie est une nouvelle fois « partie ».
J’actionne mon magnétophone :

…….. «  Je suis dans un endroit où il y a des indiens »

« Des indiens, qu’est-ce que tu appelles des indiens ? » (indous ou indiens d’Amérique ?)

« Oh c’est avec des tentes, … des tipis, et il y a un énorme… euh … bison »

Là je suis étonné, un bison au beau milieu des tipis !
« Un bison ! ??? »

« Oui, et on fait un feu de … on danse »

« Tu peux décrire ? »

« Il y a tout une … tout un cérémonial qui est fait »
Je suis toujours étonné : « Et le bison ? »

« Et bien, il est en plein milieu, comme s’il était domestiqué ou adopté … avec moi … (je ne comprends toujours pas). Un indien apporte une coupelle et dedans il met des … ils sont allés chercher des … herbes … elles sont très fraîches, l’indien les pile. Quelqu’un est très malade dans un tipi … une jeune indienne s’approche et fabrique un genre de cataplasme …
Je reviens au bison qui m’intrigue toujours : « Et la bête, le bison, il est vivant ? »

« Il est vivant »


« Il est attaché ? »

« Non »

« Il est de quelle couleur ? »

« Noir, enfin brun, brun presque noir »
L'amie nous décrit bien là un bison d’Amérique à la toison brun-foncé couvrant la tête et les épaules. Comment un bison vivant peut-il rester au milieu d’une telle cérémonie, un bison sauvage ? Je n’ai jamais lu de cas où un Amérindien tentait d’apprivoiser un bison. C’est une idée qui me semble trop lointaine de la culture indienne. A ce moment de la régression, je suis plus préoccupé par la présence de cet animal que part la régression elle-même.
L'amie continue :
« C ‘est comme une protection … »   - Là je comprends. Ce n’est pas l’animal en chair et en os que perçoit Sourire, c’est l’Esprit du bison, un « parent » commun à beaucoup de tribu amérindienne. Tatanka comme le nomment les Sioux, et cet Esprit est présent au centre de cette cérémonie, lui donnant ainsi un caractère sacré. Mais je laisse parler L'amie :
« Il y a une danse pour que la … c’est moi la personne malade … il faut la sortir d’un … elle a attrapé un …une maladie … elle tousse (ici Sourire part dans une quinte de toux). C’est quelqu’un qui est à bout de souffle. Qui a été très bon car elle est respectée par les indiens autour. Des enfants tournent autour du tipi avec un maître de cérémonie. »

« Tu peux décrire ? »

« Ils sont habillés de vêtements de peau, quelqu’un essaie de les … ils arrivent vers la tente, vers mon tipi. Je suis par terre, sur une couverture …. il faut absolument la soigner, et on …( ? inaudible) c’est macéré, je ne sais pas avec quoi, c’est vert, c’est marron, c’est des herbes. La forêt n’est pas loin. »

« Est-ce que tu peux décrire les motifs qui sont peints sur les tipis ? »

« C’est euh, c’est peint, c’est très joli ! C’est très grossier mais très joli … c’est … c’est fait à la main ! »

« Oui bien sûr. Est-ce que tu entends de la musique ? Des tambours ? »

«  Oui mais ce n’est pas comme de la musique … c’est … c’est cérémonial. Donc c’est des … je vais pas dire tam-tam parce que ce n’est pas ça, c’est un … (Je suppose tambour, L'amie est très prise par la cérémonie et ne prend pas le temps de terminer sa phrase) …. Il y a un homme qui porte autour du cou une … une dent. Les femmes portent des ornements mais très simples, ce ne sont pas des bijoux … tout est fait à la main. C’est un village indien. »

« Est-ce que tu peux donner plus de détails ? »

« Non parce que je suis très malade. Et je vais mourir. Je suis sur le point de partir ; et on ne veut pas que je parte. On ne me laisse pas partir. On me dit que ce n’est pas le moment. C’est pour cela que l’on me donne ces remèdes…. Et les femmes sont admises … Et les enfants aussi. Il y en a trois. Ils m’apportent chacun des herbes différentes, pour me soigner mes pieds, mes mains, comme si on me faisait un massage complet du corps et de l’esprit. »

« Est-ce que tu peux voir l’époque, chiffrer l’époque ? »

« Oh c’est loin ! … 6, 1, 8 … 7 … 2, 0 … 6, euh 2 renversé ça doit faire 9 !  1879 … 1,8,7,9.
Je suis de nouveau très étonné car les dates données par L'amie sont presque les mêmes que dans la régression précédente, 1879 au lieu de 1872. Comment est-ce possible ? Je demande :
« Tu es sûre que c’est toi ? »

« Oui, oui oui. Je suis couchée, alitée. Je n’ai pas « travaillé » dans cette vie là. Je me suis occupée des gens… On me fait comme des offrandes… Mais en fait je vais partir. Je leur demande de partir. D’ailleurs …(incompréhensible)… Je suis morte !

« Tu peux décrire ce que tu vois là, maintenant ? »

« Je suis morte ! » (le ton est sec, incisif).

« Est-ce que tu as une vision spéciale justement ? »

« Je rentre dans une lumière… mais non … non, mon corps physique par contre est bien ancré. Je n’ai pas de corps éthérique là. »
« D’accord ! «

« Je suis dans une sorte de … robe beige. On va me mettre des bandages. Je ne comprends pas, par rapport aux indiens, on veut me mettre des bandages ; autour de mes bras, de mes pieds. On me met sur … c’est fait avec des feuilles … la cérémonie c’est de transporter mon corps au milieu du village indien. Oh la la qu’est-ce que c’est que ça ? sur un truc fait avec des feuilles et des lianes (peut être un travois). On transporte mon corps comme ça pour une autre cérémonie. »

« Est-ce que tu as une idée du nom de la tribu ? »

« Le nom de la tribu …. Il y a …. un I … oh la la , il y a un L … un A … un H … c’est compliqué, ce n’est pas marqué en Français. »

« Ca ne fait rien, essaie quand même de donner les lettres que tu vois. »

« Je vois un H, je ne sais pas si c’est dans l’ordre, un L, un I, un O ; un F, un G, un A … et après autre chose, mais je ne vois pas. »

« Essaie de te rapprocher, pour voir. »

« Non non je ne peux pas mon corps ne … mon esprit ne veux pas… non non, je suis morte. Je suis sur… je suis étalée sur … euh … tout en … (inaudible) comme une table, mais très très basse. Je suis habillée. »

« Tu as des plaies sur le corps ? »

« On les a bandées. Avec du … avant de mourir on me met du cataplasme, on les panse."

« Est-ce que tu sais de quoi tu es morte ? »

« Des poumons. Je, je tousse, je vomis par les poumons ; mais ce n’est pas ça ma maladie. Elle a infecté mes voix respiratoires. Mes bras sont plein de plaies. »

« Est-ce que tu as une manière de savoir comment on appelle cette maladie ? »

Longue pause … « Ce sont des plaies géantes, c’est surtout mes bras qui en sont … comme s’ils avaient été lacérés … c’est à vif. »

« Est-ce que tu as une idée du lieu, de la région ? »

« Le Canada, mais il fait très chaud… c’est au Canada…. –« C’est tout. »

« Bon, si tu veux revenir … »

« Oui, il faut que je revienne parce que … là je suis bien. C’est parti, c’est la cérémonie qui m’intéresse. Ca danse, ça chante, c’est honorable. J’ai très envie de rester mais je sais qu’il faut que je revienne. »

« Bon alors je te fais revenir »

« Oui je veux revenir, mais en douceur »

Lecture du texte. Mais apparemment L'amie est bien là-bas : « C’est une réserve indienne, oui une réserve indienne, on me dit. »
Il semble à ce moment que L'amie est guidée.

« Si on te parle, est-ce que tu peux demander vraiment le nom de … » Je n’ai pas le temps de finir ma phrase, L'amie reprend tout de suite :
« K, R, I, S, A, … K, R, I, F … G, H , A, je ne sais pas si c’est un dialecte, si c’est réel, je ne sais pas. »

« Demande si l’on peut te donner ce nom en Anglais »

« Non »

Je suis toujours sceptique quant à l’époque.
« Est-ce que tu es sûre de la date, de l’époque ? »

L'amie est catégorique : « 1,8,7,9  j’ai cru que c’était un deux mais c’est un neuf. C’est un deux renversé (!) 1,8,7,9 je suis sûre. Et le bison est magnifique. »

« Bon, tu veux revenir maintenant ? »

« Oui, puisque je suis morte là, de toutes façons je suis allongée sur une table, alors …. »

Lecture du texte. L'amie reprend : « Il faut que je m’en rappelle, il faut que je m’en rappelle ».
Je ne vois pas pourquoi elle s’inquiète, le texte de retour comprend une phrase stipulant que la mémoire du sujet sera intact et que la personne se souviendra de tout. Mais j’en rajoute quand même un peu.

« C’est bon ? »

« Oui, attends, il faut que j’ouvre les yeux là, ils ne sont pas encore … c’est un peu dur, tu peux me rouvrir les yeux parce que j’ai l’impression que j’ai les pupilles collées. »
Je reprends une partie du texte.
« D’accord » me répond-elle.

« Ca va mieux ? Tu vois bien ? »

« Oui »

« Alors, tu es là ? »

« Oui, avec du mal mais je suis là »

« Alors moi un truc me chiffonne. C’est la date. Elle correspond à la date de ta dernière régression en Bretagne. »


La suite, c’est le message posté par L'amie sur ce cercle.

Suite : chapitre Radhiéstésie ( ! ) poste - Vie antérieure et vies parallèles –

Bonne journée à tous.  dubuisson  sunny
Revenir en haut Aller en bas
vasariah06

avatar

Nombre de messages : 448
Age : 54
Bonus : 486
Date d'inscription : 04/04/2012

MessageSujet: Re: séances de relaxation entre membres du Cercle de Samsara   Ven 28 Sep - 13:52

Coucou !
je reviens de vacances et ce récit est proprement formidable !
De belles émotions !
Bien à vous !
Revenir en haut Aller en bas
Cielblanc

avatar

Nombre de messages : 131
Age : 40
Bonus : 156
Date d'inscription : 10/01/2013

MessageSujet: Re: séances de relaxation entre membres du Cercle de Samsara   Ven 22 Mar - 15:41

Bonjour tout le monde,

Je remercie Dubuisson et L'amie pour ces authentiques expériences de régression ou même de soins astraux qui vous ont été permis pour un avancement et une guérison certaine.

Vos expériences de soins astraux dans un lieu particulier viennent confirmer une de mes vieilles visions astrales, où je voyais de bons esprits (4 pareillement) tenter de guérir un autre esprit allongé sur un lit de pierre gris clair, lieu de guérison ressemblant presque à une sorte de chapelle dans les Cieux.

Je suis donc d'accord avec Vasariah06, il existe certainement plusieurs lieux de guérison dans l'astral.

Concernant la Bretagne, c'est vraiment drôle, moi non plus je ne voulais pas mettre pied dans cette région à cause d'un fort ressentiment malgré ce que tout le monde me disait en bien autour, et pourtant j'ai été amené à y vivre quelques mois fût un temps.

Dubuisson, bravo ! pour avoir guidé si bien L'amie en ces belles expériences et surtout pour avoir réussi à adapter votre texte, c'est parfois certainement nécessaire et merci pour avoir tout remis par écrit, quelle formidable preuve !

Cependant, je reste perplexe sur les dates, ne serait-ce pas plutôt en 879 pour la Bretagne et en 1879 au Canada ?

Bien à vous  Smile
Revenir en haut Aller en bas
dubuisson

avatar

Nombre de messages : 811
Age : 68
Bonus : 1003
Date d'inscription : 09/11/2010

MessageSujet: dates   Ven 22 Mar - 17:42

Non non Cielblanc, L'amie est sûre d'elle, sûre de ces dates.

Nous en avons discuté sur un autre poste, au chapitre radiésthésie (?!), poste - Vies antérieures, vies parallèles -

Nous sommes heureux, L'amie et moi, d'avoir pu faire profiter les lecteurs de ce cercle de nos expériences.

Merci à vous Cielblanc de nous avoir fait part de votre vision astrale et de vos impressions. Vous pouvez vous aussi nous en racontez plus si vous le voulez.

Bonne lecture donc sur le poste indiqué, si vous le désirez bien entendu.

Je rappelle le titre du livre dont je parle sur ce poste : - Un autre corps pour mon âme - Michael Newton - éd.  Les éditions de l'homme.

Bonne soirée.

dubuisson sunny
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: séances de relaxation entre membres du Cercle de Samsara   

Revenir en haut Aller en bas
 

séances de relaxation entre membres du Cercle de Samsara

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Jeux entre membres
» tirage entre membres pour john
» Partage de petites phrases de sagesse entre membres
» SKYPE/Messenger - échange volontaire d'adresses pour les discussions entre membres
» Le cercle de sagesse des chamanes
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cercle de Samsara :: Médecine & Spiritualité :: Médecine & Spiritualité-
Sauter vers:  
Le Cercle de Samsara vous apporte des satisfactions,faites un don!
Le Cercle de Samsara vous apporte des satisfactions,faites un don!
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit