Cercle de Samsara
Il n'y a qu'un Dieu, mais Ses noms sont innombrables, et innombrables aussi les aspects sous lesquels Il peut être considéré.
Nommez - Le de n'importe quel nom et adorez - Le sous l'aspect qui vous plaira le mieux, vous êtes certain d'arriver à Lui.



 
PortailAccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Les dons et la prédestination de la vocation

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
silence
Admin
avatar

Nombre de messages : 2187
Bonus : 4099
Date d'inscription : 18/03/2007

MessageSujet: Les dons et la prédestination de la vocation   Lun 12 Mar - 7:05



Les dons et la prédestination de la vocation


Il semble au travers des récits dont nous disposons que les dons transmigrent d'une incarnation à l'autre, et se superposent aux nouvelles aptitudes que l'on acquiert. Un homme peut transformer une impression en talent, durant sa vie, s'il en a apporté les germes en naissant. Tandis que d'autres impressions et virtualités ne pourront être transformées en capacités, parce que son karma général ne lui a pas accordé les dispositions nécessaires pour ce faire. Mais d'après Rudolf Steiner, "ces impressions subsistent, elles sont emmagasinées, se transforment entre la mort et une nouvelle naissance et ont tendance à s'épanouir dans l'incarnation future".

Le don des langues serait un réapprentissage (forcément plus aisé) de langages que l'on a utilisés antérieurement à cette existence. Certains dons artistiques, s'ils 'sont longuement observés, désirés par l'individu, se déVelopperaient et se perfectionneraient au cours de vies successives. Certains écrivains réincarnationnistes supposent n'elle que l'on choisit, en ce cas, l'époque la plus favOrable au développement, à l'essor de son talent.

Il se peut aussi que certains artistes, incompris ou méconnus en leur temps (Hans Christian Andersen, par exemple, ou Vincent van Gogh), aient choisi une époque hostile à leur art pour renforcer leur foi en eux, leur persévérance, leur volonté, l'affirmation de leur talent. Ou encore, parce qu'ils n'eussent pas supporté de connaître la popularité de leur vivant. (La Fontaine avait un tempérament secret, plutôt renfermé, et n'eut pas été disponible pour ses contemporains, s'il avait connu la postérité de son vivant.) Il y a donc des "génies" qui ont préparé par de nombreuses incarnations leur originalité, comme il est des apprentis qui devront maintenir leur intérêt durant plusieurs vies pour approcher de la perfection.

Qu'est-ce que le génie sinon ce que l'homme peut concevoir de la perfection ? La plupart de ceux qui ont une "vocation "(qu'il s'agisse de musique, d'écriture, de médecine ou de sport) l'ont préparée durant plusieurs vies, en différentes civilisations et dans des circonstances variées. C'est pourquoi Rudolf Steiner insiste tellement sur la faculté de concentration, qui est pour lui la clé de tout apprentissage réussi dans la perspective des vies successives. Dans la "Science de l'occulte", il donne même des exercices qui permettent de développer son pouvoir de concentration — pouvoir qui fait tout de suite distinguer le vrai désir des velléités multiformes. Pour Steiner, derrière toute réussite, il y a un vrai désir, sous-tendu par la concentration. Qui n'a rien à voir avec l'effort, la peine, l'application.

Celui qui peut se concentrer sur son désir, ouvre dans son âme une source, une inspiration, un souffle qui lui font atteindre ses buts sans effort, justement. "Peine perdue de vous lever avant l'aube, de vous coucher tard dans la nuit, pour manger le pain de durs labeurs. Dieu en donne autant, pendant le sommeil, à ceux qu'il aime", dit le Psaume 127. La concentration autorise l'étincelle du divin à nous illuminer !

Encore faut-il se rappeler ce pourquoi on est revenu: Nombre de personnes qui errent d'une fonction à l’autre; d'un emploi à une occupation, sans projet et sans ambition, sont des personnes qui ont "oublié" leurs aspirations. Ils les ont éteintes. Pourquoi ? Parfois, parce que l'un de leur parent a brisé leur rêve et qu'ils n'ont pas eu le courage de lui résister. Parfois, parce que des conditions matérielles n'ont pas facilité la reprise d'un don ancien. (On n'imagine pas le pouvoir d'une remarque telle que : "Tout ce que tu fais est bâclé, tu n'es qu'un cossard" sur un petit enfant, quand c'est son père ou sa mère vénérés qui la lui adressent.

Il se sent obligé de bâcler ce qu'il fait, de devenir cossard, pour correspondre à ce que ses parents pensent de lui. ) Ou parce que l'âme qui s'est incarnée dans la deuxième moitié du XXème siècle n'est pas venue depuis plusieurs centaines d'années, et qu'elle ne s'adapte pas aux conditions, au mode de vie, à la nourriture, aux vêtements, aux institutions et aux coutumes sociales de ses contemporains.

Si cette affirmation est juste, le dépaysement est grand, en effet. Il y a de quoi être perdu...Mais une difficulté à s'acclimater doit être surmontée par les forces du vouloir. Car 1"oubli" de sa mission est grave. Nous sommes venus à tel moment, dans telle famille, en telles circonstances, pour apprendre une leçon particulière. Si nous l'évitons, si nous la fuyons, nous nous exposons à l'apprendre plus durement dans une prochaine incarnation.

Nous avons aussi le devoir de ne pas nous fourvoyer dans des missions qui, ne correspondant pas à notre programme, peuvent nous casser profondément. Nous avons,. tous connu au moins un cas de ces fils qui, en révolte contre leur famile qui les destinait à devenir avocat (ou médecin, ou enseignent, allaient partager la condition des ouvriers dans une usine . Du point de vue intellectuel, c'est un geste élégant. D'un, point de vue affectif, s'il est fait par vraie amitié pour des ouvriers, il peut avoir de la valeur.

Mais du point: de Vue spirituel, s'il ne répond pas à la mission de l'individu lui me, c'est un geste nul. Il y a fort à parier que dans, une incarnation future, ce fils de famille qui n'a pas profité des chances que sa classe sociale lui offrait, naisse dans un milieu ouvrier pour réapprendre le désir de s'élever. Nous ne naissons jamais par hasard dans tel milieu ou dans tel autre. Nous le choisissons. Nous le choisissons pour qu'il nous permette de développer telle aptitude sportive ou scientifique, tel don artistique, telle vocation, tel sens du commerce.

Bien souvent, lorsque notre milieu familial ne nous a pas fourni les conditions nécessaires à l'explosion de nos potentialités, nous choisissons un conjoint, une belle-famille, qui joue le rôle des parents défaillants, tant est inscrit au coeur de l'homme le besoin de progresser dans la connaissance, de s'instruire, de s'élever.

Revenir en haut Aller en bas
 

Les dons et la prédestination de la vocation

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Sidaction : comment marchent les dons
» Les dons de l'Esprit
» NOTES DOCTRINALES THOMISTES: LA PRÉDESTINATION
» Nos dons
» la prédestination vue par l'islam
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cercle de Samsara :: La Voyance :: Vos témoignages sur la Médiumnité-
Sauter vers:  
Le Cercle de Samsara vous apporte des satisfactions,faites un don!
Le Cercle de Samsara vous apporte des satisfactions,faites un don!
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit