Cercle de Samsara
Il n'y a qu'un Dieu, mais Ses noms sont innombrables, et innombrables aussi les aspects sous lesquels Il peut être considéré.
Nommez - Le de n'importe quel nom et adorez - Le sous l'aspect qui vous plaira le mieux, vous êtes certain d'arriver à Lui.



 
PortailAccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le labyrinthe de Chartres : miroir du Sentier

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
silence
Admin
avatar

Nombre de messages : 2187
Bonus : 4099
Date d'inscription : 18/03/2007

MessageSujet: Le labyrinthe de Chartres   Jeu 2 Aoû - 19:56


(photos par Jelt)

Le labyrinthe de Chartres


Le labyrinthe classique le plus connu est celui du sol de la cathédrale de Chartres (France, 96 km au sud-ouest de Paris). C'est le seul survivant des grands labyrinthes médiévaux (celui de St-Quentin date de 1495 : il est donc postérieur aux autres de près de trois siècles). Le labyrinthe de Chartres mesure environ 13 mètres (43 pi). Il comporte des éléments décoratifs uniques qui permettent de le reconnaître facilement, et qui ont sans doute contribué à sa popularité. Son dessin général correspond à celui d'un des manuscrits du 9e siècle ; c'est d'ailleurs ce dessin qui est le plus fréquent dans l'ensemble des manuscrits médiévaux et même sur le sol des cathédrales.







[center]

[center]









Cette grande dalle serait la "Terre" où le "Départ" du Layrinthe de Chartres au niveau téllurique ... je confirme, sourire !
Revenir en haut Aller en bas
silence
Admin
avatar

Nombre de messages : 2187
Bonus : 4099
Date d'inscription : 18/03/2007

MessageSujet: Le Chemint St Jacques à Chartres   Jeu 2 Aoû - 20:24



Le lien internet de Association des Amis de Saint-Jacques Voie de Tours en Région Centre

http://www.amis-st-jacques.org/pages/centre.html

En 2000, lors de fouilles archéologiques effectuées avant la construction du parking souterrain du centre ville à Chartres, a été mis à jour la sépulture d'un pèlerin de Saint Jacques de Compostelle qui daterait du XIVème. En effet, il a été trouvé comme le montre la photo, une coquille saint-jacques tenue dans ses mains.



Représentation de saint Jacques avec le bourdon.
Vitrail de l'église de Barjouville.

Revenir en haut Aller en bas
silence
Admin
avatar

Nombre de messages : 2187
Bonus : 4099
Date d'inscription : 18/03/2007

MessageSujet: Re: Le labyrinthe de Chartres : miroir du Sentier   Ven 5 Mar - 1:16

Bonjour Voldor,
Correction apporter :

(source : effacer - delete )

Cordialement !
Revenir en haut Aller en bas
silence
Admin
avatar

Nombre de messages : 2187
Bonus : 4099
Date d'inscription : 18/03/2007

MessageSujet: Re: Le labyrinthe de Chartres : miroir du Sentier   Sam 6 Mar - 9:46

Labyrinthes d'églises
Caractéristiques générales
(source Wikipédia)

Lorsque se développe le christianisme, bien souvent au lieu d'effacer ou de combattre les signes des rites antérieurs, le nouveau culte les récupère : ainsi sont absorbés les dieux, les temples, les cathédrales, les reliques, les fêtes agricoles et les labyrinthes présents dans les tombeaux ou les différents espaces sacrés des cultes païens (à noter que la Bible n'évoque aucunement l'existence de labyrinthes, si ce n'est, indirectement, celui formé par les murailles qui entouraient et protégeaient la ville de Jéricho).

Au IVe siècle, en 324 exactement, on rencontre déjà un labyrinthe creusé dans le sol de la basilique chrétienne San Reparatus à El-Asnam en Algérie. Il faut attendre le VIe siècle pour voir apparaître des labyrinthes d'églises en Europe : le plus ancien se trouve à la basilique San Vitale de Ravenne en Italie. Mais le symbole hautement païen du labyrinthe est abandonné durant tout le Haut Moyen Âge, pour n'être repris qu'au XIIe siècle. Ce trait est devenu commun à bon nombre d'églises et à la plupart des grandes cathédrales d'Europe. Les plus vastes se trouvent dans les cathédrales françaises : Poitiers, Amiens, Arras, Auxerre, Reims, Bayeux, Chartres, Mirepoix, Saint-Omer, Saint-Quentin, Toulouse. Le labyrinthe y est toujours situé du côté ouest, la direction d'où viennent les démons (l'ouest, où le soleil disparaît, représentant la direction de la mort). Ne pouvant se déplacer qu'en ligne droite, les démons étaient ainsi piégés avant d'arriver au chœur.


Labyrinthe de la cathédrale de Chartres.À travers les siècles, le labyrinthe d'église a connu différentes appellations : « le dédale » (en référence à l'architecte du labyrinthe crétois), « le méandre », « le chemin de Jérusalem », « la lieue » (car il fallait pour parcourir le labyrinthe à genoux le même temps que pour faire une lieue à pied), « la Via Dolorosa » (en évocation du chemin que prit le Christ entre le tribunal de Ponce Pilate et le Golgotha )... Le centre, lui, était nommé « paradis » ou encore « Jérusalem Céleste ». Ces chemins étaient suivis, si possible à genoux, par les pénitents qui ainsi réalisaient symboliquement un voyage en Terre Sainte et s'épargnaient un pèlerinage réel, pas toujours possible, notamment pour les pauvres. Le dédale était une représentation optimiste de la sanction finale, car il ne comportait quasiment jamais d'embranchements, ni boucles, ni culs-de-sac, et ne demandait, pour aboutir au centre, que de la persévérance.

Quelques labyrinthes, de formes diverses, ont ainsi été découverts dans toute l'Europe. Mais la structure dite « officielle » du labyrinthe d'église est une forme circulaire à onze anneaux concentriques. Depuis l'Antiquité, le cercle est le symbole de l'éternité, de l'infini et par conséquent, de la puissance de la Divinité. Il est aussi le symbole du soleil, parfois assimilé au Chris

Un exemple : Chartres
Le labyrinthe de la cathédrale de Chartres est un imposant labyrinthe de douze mètres de diamètre qui, déroulé, mesure 150 m de long. Son dessin sur le sol résulte d'une opposition de pavages blancs et bleus. Le centre était autrefois orné d'une plaque de cuivre qui aurait représenté Thésée, Dédale et le Minotaure (retirée en 1793 pour fondre des canons pour la République). Un psaume se déroule sur toute la longueur de son parcours. Autour du centre, les couloirs se déroulent en onze cercles, la perfection étant symbolisée par le nombre 12. Les croyants (et notamment les pèlerins de Compostelle) suivaient le tracé sans réellement contrôler la direction, commençant par se diriger droit au but, vers le centre, avant de s'en éloigner, le labyrinthe forçant ainsi les fidèles à de multiples détours. Les sinuosités devaient symboliser les tribulations de la vie chrétienne. Les déambulations lors de ce parcours symbolique constituent un véritable chemin spirituel et c'est l'occasion pour le croyant d'une longue introspection.

En 2008, le labyrinthe n'est pas visible tout le temps, des bancs étant placés sur le dallage. Mais de Pâques à la Toussaint, (et parfois le reste de l'année, renseignements au diocèse de Chartres) il est découvert le vendredi et les fidèles peuvent y déambuler. Si le labyrinthe de Chartres est constitué d'arcs de cercles, celui d'Amiens est constitué de segments de droites, mais selon un plan rigoureusement identique à celui de Chartres. De même, la basilique de Saint-Quentin propose aussi, sur son pavé, un labyrinthe déambulatoire.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le labyrinthe de Chartres : miroir du Sentier   

Revenir en haut Aller en bas
 

Le labyrinthe de Chartres : miroir du Sentier

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» le labyrinthe
» 2009: Le 17/03 observation d'un ovni secteur Chartres -(28)
» le reflet, le miroir !!!
» L'Octuple Sentier: L'effort Juste
» votre très bon accueil a chartres
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cercle de Samsara :: Enseignement :: Lieux et Centres Spirituels-
Sauter vers:  
Le Cercle de Samsara vous apporte des satisfactions,faites un don!
Le Cercle de Samsara vous apporte des satisfactions,faites un don!
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit | Sciences et Savoirs | Astrologie et arts divinatoires