Cercle de Samsara
Il n'y a qu'un Dieu, mais Ses noms sont innombrables, et innombrables aussi les aspects sous lesquels Il peut être considéré.
Nommez - Le de n'importe quel nom et adorez - Le sous l'aspect qui vous plaira le mieux, vous êtes certain d'arriver à Lui.



 
PortailAccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 L'homme et la richesse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
silence
Admin
avatar

Nombre de messages : 2187
Bonus : 4099
Date d'inscription : 18/03/2007

MessageSujet: L'homme et la richesse   Jeu 29 Juil - 9:44



Enseignement de Ramakrishna
L'homme et la richesse


Un barbier, passant un jour sous un arbre hanté, entendit une voix dire : « Veux-tu accepter sept vases pleins d'or? »
Il regarda autour de lui, et ne vit personne : mais cette offre avait éveillé sa cupidité et il répondit : « Oui, j'accepte les sept vases. »
La voix reprit : « Va chez toi, les vases sont dans ta maison. »
Le barbier se rendit en hâte chez lui pour vérifier cette étrange assertion. La première chose qu'il vit en arrivant, ce furent les vases.
Il les ouvrit et les trouva remplis d'or, sauf le dernier qui n'était qu'à moitié plein.
Le barbier ressentit alors l'ardent désir de remplir ce dernier vase, son bonheur lui semblant ainsi incomplet.

Il vendit ses bijoux d'or et d'argent et les convertit en pièces d'or qu'il jeta dans le vase ; mais, celui-ci, mystérieusement, s'obstinait à ne pas vouloir se remplir.
Le barbier, exaspéré, se réduisit, avec sa famille, à la misère, en sacrifiant au vase insatiable ses gains et ses économies, mais n'arriva pas à le remplir.
Il alla humblement supplier le roi d'augmenter son salaire. Le roi, dont il était un des favoris, doubla son traitement.
Les sommes gagnées furent versées dans le vase qui resta néanmoins à moitié vide.
Le barbier enfin se mit à mendier de porte en porte, et les aumônes qu'il recevait, de même que son gain, allèrent s'entasser dans le vase.
Des mois passèrent ; la situation du barbier avare devenait toujours plus critique.

Le roi lui dit un jour : « Eh quoi ! lorsque tu ne gagnais que la moitié de ton salaire actuel, tu étais content et gai ; à présent, avec tes gages doubles, je te vois abattu, soucieux, morose : que t'arrive-t-il? aurais-tu reçu les sept vases d'or? »
Stupéfait de la question, le barbier répondit : « Sire, comment Votre Majesté a-t-elle été informée de cette histoire ?
— Ne connais-tu pas, dit le roi, les signes distinctifs de tous ceux à qui le yaksha (1) offre les sept vases? Il me les a offerts aussi, mais je lui ai demandé si c'était de l'argent à mettre en réserve ou à dépenser. La question fit sauver le yaksha. Ne sais-tu pas que personne ne peut dépenser cet argent? Il amène avec lui le désir d'amasser. Va immédiatement le rendre. »

Le barbier, ramené à son bon sens par ce conseil, alla sous l'arbre hanté et s'écria : « Reprends ton argent. » Le yaksha répondit : « C'est entendu. »
Quand le barbier rentra chez lui, les sept vases avaient disparu et, avec eux, toute la fortune économisée par le pauvre barbier,
C'est, dans le royaume des cieux, l'état de quelques hommes qui ne comprennent pas la différence entre ce qui doit être conservé et ce qui doit être dépensé ; ils perdent alors tout ce qu'ils ont.

Il est sot de se vanter de ses richesses.
Si vous dites que vous êtes riche, sachez qu'il y a des hommes plus riches que vous, beaucoup plus riches, et à côté de qui vous n'êtes qu'un mendiant.
Au crépuscule, quand les vers luisants s'allument, ils s'imaginent éclairer l'univers, mais leur vanité passe dès que les étoiles apparaissent.
Les étoiles, à leur tour, se croient seules à illuminer le monde, mais elles s'effacent lentement, tristement dès que surgit la lune.
La lune, elle aussi, s'imagine qu'elle fait sourire la terre sous ses rayons, mais voici qu'à l'arrivée du soleil, elle perd son éclat et bientôt devient invisible.
Si ceux qui se croient riches méditaient ces exemples que nous donne la nature, ils ne pourraient jamais plus se vanter de leurs richesses et de leur pouvoir.

Essayez de vous conformer à cette règle :
Utilisez ce qui se présente naturellement à vous sans que vous ayez aucun effort à faire pour l'obtenir.
Ne vous inquiétez jamais de « mettre de côté pour les mauvais jours », etc.

Le soleil verse sa lumière et sa chaleur sur le monde entier, mais il ne peut empêcher un nuage d'intercepter ses rayons.
De même, tant que l'égoïsme enveloppe votre coeur, Dieu ne peut y faire briller Sa lumière.






1. Les yakshas sont des demi-dieux, assistants de Kuvera, dieu de la richesse.
-Yaksha -
Revenir en haut Aller en bas
 

L'homme et la richesse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Connaissez-vous cet homme, un illuminé ?
» Le "salam" entre homme et femme
» Méditation dominicale : De la richesse
» L homme qui créa la vie artificiellement avec simplement de l' eau et de l' électricité .
» La dignité de l’homme exige qu’il porte la burqa.
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cercle de Samsara :: Chamanisme :: Spiritualité Inde-
Sauter vers:  
Le Cercle de Samsara vous apporte des satisfactions,faites un don!
Le Cercle de Samsara vous apporte des satisfactions,faites un don!
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forumactif.com